1. Il venait démousser mon toit...


    Datte: 09/02/2019, Catégories: Gay Masturbation Première fois

    On peut dire que je suis bi, oui, si on veut, mais bi soft. Je branle, je suce et j’aime qu’on me fasse la même chose mais pas de sodo ! Tant que j’ai été marié, je ne suis jamais allé voir ce qu’il y avait dans le pantalon des mecs mais, une fois divorcé, j’ai eu rapidement ma première expérience.Divorcer encore en pleine force de l’âge, ce n’était pas facile, bien sûr, mais c’était aussi un soulagement : ma femme, qui était pourtant la prunelle de mes yeux, ne me regardait plus. Seuls ses enfants comptaient. Nous ne faisions pas lit à part mais elle montait me rejoindre une fois que j’étais endormi et quand, par hasard, j’étais encore réveillé et que je m’emparais de ses seins dès qu’elle s’allongeait, elle se refusait à moi, plus ou moins avec tact. Plutôt moins que plus, d’ailleurs...Une fois « libre », j’eus la sagesse – bien conseillé par une amie dont j’avais toujours admiré et apprécié l’expertise en matière de psychologie – de ne pas me mettre immédiatement à chercher quelqu’un d’autre. Surtout, ne pas se laisser aller au syndrome de la « planche de salut » illusoire... Seulement, j’avais des besoins et je passais de longues heures, à poil chez moi, à m’astiquer le jonc frénétiquement. Je le faisais seul ou au téléphone, en compagnie d’un correspondant aussi excité que moi et que j’allais chercher sur le minitel rose.Un matin, j’étais à poil dans ma chambre en train de me palucher devant un numéro de Penthouse quand on sonne. Un coup d’œil par la fenêtre et je vois ...
     un jeune homme en bleu de travail. L’envie me prend alors d’aller lui ouvrir à poil ! Je descends les escaliers et, après avoir respiré un bon coup, j’ouvre, la bite presque en érection. Interloqué, le jeune type – un blondinet de 20 ans tout au plus, mince et d’allure sympathique – reste sans voix. Il semble même vouloir faire un pas en arrière. Je lui dis :- Non, n’ayez pas peur. Comprenez, je suis naturiste et je suis souvent comme ça. Mais entrez...Je n’aurais pas aimé qu’un voisin me surprenne ainsi tout de même ! Ce gamin était artisan dans la Sarthe et il battait la campagne avec son père pour du travail. Il proposait de démousser les toits, d’élaguer les arbres, de tailler les haies et bien d’autres services encore. Et tout en me disant cela, il jetait de brefs coups d’œil à ma queue qui commençait à grandir. Il avait avec lui un « press-book » de ses travaux et, pendant que je le feuilletais, je surpris que son regard se faisait insistant. Finalement, je lui dis que, pour l’instant, je n’étais pas intéressé mais qu’il me laisse sa carte au cas où. Il me la tendit en précisant que son père et lui restaient dans le secteur encore quatre jours. Je lui répondis, en caressant ma bite qu’il serait toujours le bienvenu.« Robert et Marc D., artisans » disait la carte de visite, avec numéro SIREN et tout. Je la rangeais, montais de finir de me branler dans ma chambre en compagnie de Pamela Anderson et oubliais presque ce jeune blondinet.Le même jour, vers 21 heures, j’étais ...
«123»