1. Marguerite 3


    Datte: 10/02/2019, Catégories: Lesbienne Mature, Première fois

    Marguerite 3Un bruit la fit sursauter. Marguerite c’était endormie et la nuit était tombée, qu’elle heure est-il ? Vingt deux heures. Il faisait presque nuit sous la pinède. Elle chercha son jean, elle avait un peut froid. Les voix étaient derrière elle, elle ne voyait pas grand-chose, mais entendait ce qu’ils disaient. Il y avait trois voix d’hommes. Ils parlaient peut, mais par mots : Retourne-toi, suce-moi, moins vite, penche-toi plus. Les voix semblaient jeunes. Elle se mit sur les genoux et la lune éclairait un peut la scène. Un homme à genoux, suçait un autre homme qui se faisait mettre. Marguerite se dit : Ce n’est pas vrai, ça continue. Celui qui se faisait enculer était arc-bouté contre un grand pin et tendait bien son derrière, à celui qui s’accrochait à ses hanches. Elle voyait la tête de l’autre allait est venir avec des bruits de sucions. Marguerite ne voyait pas bien, elle aurait voulu voir les bites. Cela commençait à devenir une véritable obsession. Voir, toucher, sucer les bites de tous les hommes qu’elle croisait. Elle se rendait compte que cet après-midi, après le toilettage, elle regardait les hommes au même endroit. Même le petit vieux assis dans le parc, elle avait regardé l’entre-jambe. Portant il était très vieux celui-là. A la plage elle avait regardé aussi le couple et maintenant, elle aurait voulu voir celles de ces jeunes hommes. Peut-être la laisserait elle les sucer touts les trois, où au moins, les toucher, les décalotter. Celui qui suçait, ...
     accéléra ; puis se recula et son copain, éjacula devant lui.- Vouaa c’est bon.- Tu vas jouir, momo ?- Voilà ça vient, wouaiiii, c’est fait. On peut aller rejoindre la bande, ils doivent nous chercher.Ce n’est pas vrai, mais ils partent ses cons, et moi alors, se disait Marguerite en caressant sa chatte sur son jeans. Elle attendit 5 bonnes minutes pour sortir, redescendre le chemin et aller à sa voiture. Pas un chat sur le parking. Elle décida de rentrer. A quelques kilomètres, un routier était ouvert toute la nuit. Elle allait s’arrêter et manger un morceau. En entrant dans le self, quelques routiers finissaient leur repas. Elle prit un pavé de saumon et du riz avec une part de tarte aux framboises. Tout en mangeant, elle apperçu, deux table devant une jeune femme, la trentaine en débardeur, mangeant un yaourt et la regardant. Marguerite baissa les yeux sous le regard perçant, mais chaud de la fille. Quand elle la regarda de nouveau, la fille léchait sa cuillère en la fixant. Avec un sourire, elle passait et repasser sa langue sur la cuillère avec un sourire. Elle lui fit un signe de la main. Marguerite répondit d’un sourire timide et d’un tout petit signe. Elle finit son riz, puis de nouveau regarda la fille qui avait fini. Elle lui sourit de nouveau. Sa part de tarte finie, Marguerite saisi son plateau pour aller le déposer sur l’étagère. La fille fit de même. Marguerite frissonna, quand elle senti le bras de la fille la frôler. Elle se retourna, la fille était collée contre ...
«12»