1. Fantasme d'une pucelle en chaleur 2


    datte: 10/02/2019, Catégories: Transexuels, BDSM / Fétichisme, Première fois, Auteur: Charlottekyli,

    visqueux sur ma langue. Je n’en laissai pas à côté de peur d’abîmer ma perruque, même si je ne trouvai pas cela particulièrement agréable, ce n’était pas non plus répugnant, et surtout c’était ce qu’il attendait de moi. Avec le sentiment d’un travail bien fait accompli je me relevai alors qu’il me tapait une nouvelle fois sur les fesses.« C’est bien tu es bien éduquée ahah ».Je ne savais pas trop quoi répondre ni trop quoi faire, alors je restai là, la main dans mes cheveux en le regardant avec un sourire niais. Puis il me fit remarquer que mon maquillage était gâché, et qu’il valait mieux que j’aille le refaire si je voulais sortir ce soir. Je me dirigeai donc vers la salle de bain une nouvelle fois pour refaire mon maquillage. Mon mascara avait coulé et me donnait une allure de traînée, d’autant plus que ma jupe m’arrivait à peine à mi-cuisse. J’essayai de la descendre pour cacher la dentelle de mes bas, mais alors la ficelle de mon string ressortait sur les côtés. Je ne pouvais tout de même pas sortir comme ça. J’allais trop attirer l’attention et je voulais rester discrète pour ma première nuit en club. J’allai donc chercher mon sac pour essayer mes autres jupes. Je sortis ma jupe patineuse noire et je l’enfilai par-dessus mon ...
    string. Elle était malheureusement tout aussi courte et si elle ne révélait pas mon petit sexe à travers le tissu, elle laissait quand même apparaître soit mon string soit la dentelle de mes bas. Même résultat pour ma jupe en tissus rose. Je remis alors ma jupe en cuir puisque de toute façon je ne pouvais pas cacher les deux à la fois et je décidai de laisser dépasser mon string, que je changeai pour un autre de couleur rose. Je me remaquillai les yeux en noirs, les lèvres en rouge, les joues en rose et, satisfaite du résultat, je repartis dans le salon ou mon homme m’attendait, un verre à la main.Nous sortîmes de sa maison, et le simple fait de me retrouver dans la rue m’euphorisait. Je roulais des fesses à n’en plus pouvoir, et je me délectais du bruit de mes talons sur les pavés. Nous étions en périphérie de la ville donc il n’y avait pas beaucoup de passants mais les rares que nous croisions me mataient de manière appuyée et se retournaient pour regarder mes fesses que je faisais ressortir pour leur faire de l’effet. G n’était pas indifférent à mes charmes et me faisait remarquer mon succès auprès des passants. Enfin, nous arrivâmes à la porte du club et j’entendais les basses qui résonnaient à l’intérieur.La suite une prochaine fois :D
«123»