1. 13 déclics pour une nouvelle vie (2)


    Datte: 10/02/2019, Catégories: Transexuels

    CHAPITRE 2 : déclic n° 5 Le lendemain, à l’issue de ma journée de stage et à peine arrivé à l’hôtel, je décide d’appeler Christian. Après plusieurs sonneries, cela ne répond pas et je tombe sur sa messagerie. Je décide donc de lui envoyer un texto, très soft et assez passe-partout pour un médecin, car on ne sait jamais qui pourrait tomber dessus : « Cher Christian, quand pouvons-nous nous voir, j’ai besoin d’être soignéE. » En insistant bien sur la majuscule finale. Je pense qu’il saura où je veux en venir. Sa réponse, dix minutes plus tard : « Occupé par nombreuses consultations ce jour. Vous pouvez passer à mon cabinet médical ce soir, vers 20h30, à l’adresse suivante : rue , à Rueil-Malmaison. » Ne connaissant pas vraiment Paris à l’époque, je regarde rapidement où cela se trouve. Génial ! C’est à moins de 30 minutes, porte à porte. Ma réponse sans plus attendre. « Merci Docteur, je serai là à l’heure dite. » Et à 20h30, je sonne à l’entrée et m’installe en salle d’attente. Je ne suis pas seul. Une mère de famille, avec son enfant qui semble souffrant, attend également. « Madame Leroy, c’est à vous, bonsoir, déclare alors Christian, en blouse blanche, qui vient d’entrer dans la salle d’attente. Par ici je vous prie. » Et laissant passer Madame Leroy, il me jette un regard et j’aperçois furtivement le sourire d’un homme satisfait de me voir ici présent. J’attends donc patiemment mon tout, et un quart d’heure plus tard, Christian revient et me fait passer dans sa salle de ...
     consultation. « Heureux de te revoir si vite ma Princesse. En quoi puis-je t’aider ? me demande-t-il, tout en baissant le store de la salle, de sorte que personne ne puisse nous voir à l’extérieur. — Eh bien voilà. Vous m’avez ouvert les yeux hier soir. Et aussi absurde que cela puisse paraître, je me suis senti bien dans ma peau durant nos ébats. Mal dans ma peau d’homme, mais bien dans une nouvelle peau. Une peau de femme et le simple fait de m’appeler ‘Princesse’ me fait du bien. J’ai l’impression de renaître. — Ecoute-moi bien, ma Princesse. J’ai pensé chaque mot que j’ai prononcé avant de quitter la pièce hier soir. En refermant la porte derrière moi, j’espérais vraiment te revoir un jour. Mais j’avoue que je suis vivement étonné de te revoir si vite. Cela montre que tu n’as que très peu hésité, et que ce désir d’être femme est vraiment très profondément ancré en toi. — Que pouvez-vous faire ? — Je peux faire de toi une femme ! Jusqu’au bout des seins ! Littéralement — Vous voulez me travestir ? — Non. Je doute que cela te suffise. Ton besoin est vraiment très profond. Tu ne veux pas te déguiser en femme. Tu souhaites être une femme Je veux parler d’un traitement hormonal ! — Mais attendez, qu’est-ce que je vais devenir ? Jamais ma famille ne m’accepterait, et je ne trouverais pas de boulot après mon stage, m’inquiété-je alors. — Je te rassure. Il existe certains traitements totalement réversibles. Alors voilà ce que je te propose : tu es en stage pour combien de temps ? — ...
«1234»