1. 13 déclics pour une nouvelle vie (2)


    datte: 10/02/2019, Catégories: Transexuels, Auteur: zouzou87,

    Jusque mi-septembre. — Trois mois donc. Ce week-end, tu annonces à tes parents que tu as trouvé un appartement à Rueil, et que tu ne rentreras pas avant la fin de ton stage. Pour cause de distance, ou autre, à toi de trouver une excuse valable. Et cet appartement, ce sera le mien. Tu vas vivre chez moi. Je te garantis que tu vas prendre ton pied pendant ces trois mois avec moi — L’idée est alléchante, en effet, mais qu’en est-il de mon désir de devenir femme ? — Je te traiterai comme une femme, et tu suivras un traitement hormonal réversible. Totalement réversible, à base d’oestrogène de synthèse et d’antiandrogènes. Les effets ne sont pas aussi visibles que pour les traitements irréversibles, notamment au niveau du développement de la poitrine, mais tu te sentiras totalement femme, je te le garantis. Puis au bout de deux mois et demi, nous arrêtons le traitement, et les deux dernières semaines seront largement suffisantes pour que tu retrouves ta morphologie actuelle. » Tu parles, j’ai gobé toutes ses paroles. L’effet blouse blanche, peut-être. Qui mettrait en doute un médecin sur des questions médicales ? Il n’existe aucun traitement hormonal de féminisation qi soit réversible. Ils sont tous irréversibles. Et le traitement dont m’a parlé Christian était particulièrement lourd. Mais ça, au moment des faits, je l’ignore totalement « Alors dans ce cas, j’accepte ! Ce traitement m’a l’air génial ! — Minute Princesse ! On est en France, et tout traitement de changement de sexe, ...
    même temporaire, est très suivi par la loi, et nécessite un suivi psychiatrique en amont, afin de s’assurer que c’est vraiment ce que tu souhaites. Mais assez perdu de temps, j’appelle immédiatement Rémy, un ami et excellent psychiatre dans le 16è arrondissement. Nous allons voir quand tu pourrais le rencontrer. » Christian s’absente alors un court instant, le temps de passer son appel. Puis à son retour, il m’annonce fièrement : « Je lui ai parlé de ton cas. Il arrive et sera là dans une heure. — Cela va peut-être un peu vite, non ? l’interrogé-je, un peu dubitatif. — Ne réponds pas cela devant Rémy, à la moindre marque d’hésitation, il n’approuvera pas ta transformation et ne signera pas les papiers qui te donneront accès à ta médication. — Mais je me pose vraiment des questions ! — Ecoute, tu ne risques rien. Tout est réversible, et sous tes vêtements, tes collègues de stage ne remarqueront rien. — Mais dans ce cas, pourquoi m’empêcher de voir mes parents, si cela ne se voit pas sous mes vêtements ? — Tu te poses trop de questions Princesse. Tu ferais mieux de te demander comment tu vas me payer ton loyer. » C’est alors qu’il commence à déboutonner sa blouse, puis son pantalon. Il ne m’en faut pas davantage pour qu’un premier frisson parcoure mon corps. Je ne sais pas où je vais, mais s’il y a bien une chose dont je suis sûr, c’est que je suis affamé de bite ! Et je me jette sur sa queue déjà au garde à vous. C’est déjà une fellation d’assoiffé de sexe que je lui prodigue. ...