1. Les triplées monozygotes (1)


    datte: 10/02/2019, Catégories: Partouze, Auteur: mlkjhg39,

    amygdales et il reste encore quelques centimètres dehors. Je commence à le sucer avec passion, c’est chaud et doux, la sensation est beaucoup plus agréable que je le croyais. Il me défonce la mâchoire qui manque se disloquer sous ses assauts. Martine vient elle aussi de s’agenouiller, je lui tends la colonne de chair qu’elle saisit du bout de ses lèvres, indécise. Patrick s’en rend compte et appuie d’une main sur sa tête faisant pénétrer sa verge le plus loin possible, elle ne la repousse pas, mais comme moi, elle ne peut en absorber la totalité. Martine La sensation de ce pieu qui glisse doucement dans ma bouche jusqu’au fond de ma gorge est extraordinaire, c’est dur et chaud, ça palpite, je n’ai jamais ressenti ça, c’est assez bizarre mais tellement délicieux. Levant une main, j’empoigne ses couilles poilues. Quand mes doigts s’activent dessus, un profond soupir part de sa poitrine. Mes doigts remontent et viennent s’enrouler autour de sa hampe dure comme un bout de bois. Ma langue lèche cette tige magnifique tandis que mes doigts pétrissent ses couilles. Patrick L’effet est merveilleux, je vois les frangines s’affairer maintenant à 3 mains et 3 langues sur mon pénis, c’est un véritable supplice et je dois contenir mon plaisir. Mon manche passe de bouche en bouche, des langues le lèchent sur toute sa longueur, il disparaît entre leurs lèvres au plus profond de leurs gorges. Ne laissant aucun répit à ma queue en feu. Elles sont de plus en plus excitées à cause de la scène ...
    presque surréaliste à laquelle elles participent. Elise se relève, se déshabille en quelques secondes et vient se mettre à califourchon sur mes cuisses. Elle prend mon gros gourdin dans une main et le dirige sur sa fente. Sa chatte dégouline de cyprine, mon sexe n’a aucune peine à pénétrer dans sa grotte d’amour, elle s’assied sur mes cuisses s’empalant complètement. Elle prend appui sur mes épaules avec ses mains et commence une danse sur cet axe, elle tourne dessus, monte au sommet pour redescendre encore plus loin, elle défriche tous les coins sa chatte. Elle y va de bon cœur, telle une cavalière chevauchant un étalon, montrant l’exemple à ses sœurs que je vois en train de se mettre nues elles aussi. Elles ne quittent pas des yeux mon phallus chaque fois qu’il réapparaît du vagin d’Elise qui continue de me chevaucher. Je lui demande de se retirer pour que Martine ou Eve prenne sa place. En voyant Elise se retirer de mon mandrin, Eve en profite pour me sucer, tandis que Martine succède à Elise et pour la première fois de sa vie va s’enfiler une verge dans la chatte. Martine — Tout d’abord tu me laisse faire. Ta bite est tellement grande et elle peut me faire mal en frappant le fond de ma grotte. Je prends sa queue en main pour la guider vers mon sexe et abaisse mon corps lentement et prudemment jusqu’à ce que mes poils dorés viennent en contact de son épi. Je me tortille pour ajuster le bout de son gland entre mes lèvres. Ma chatte follement excitée s’ouvre pour laisser ...