1. Si les notables savaient ce que font leurs femmes chéries. (3)


    Datte: 11/02/2019, Catégories: Partouze

    Si les notables savaient ce que font leurs femmes chéries. 3 Pour la deuxième fois seulement de nos « réunions »nous allons passer à l’ultime étape. Le « tourniquet ». Et nous espérons cette fois ci qu’il assurera mieux que son prédécesseur. Que je vous explique en quoi consiste la chose. J’avais vu dans une vidéo cette scène, celle d’un homme sur le dos sur lequel on avait mis une petite plateforme ronde percée d’un trou en son centre et qui tourne sur une base fixe. Vous avez compris ou je veux en venir Le sexe de l’homme est au centre et la femme s’empale dessus avant qu’une rotation soit donnée à la plateforme. Bien entendu pour réaliser cet exercice, il faut que l’homme soit bien pourvu par la nature sinon c’est décevant. Nous préparons donc le clou de cette soirée. Les godes sont retirés de sa tenue et on surélève son bassin par des coussins avant de poser le tourniquet dessus en prenant bien soin de ne pas le blesser. La colonne de chair et de sang trône maintenant en son milieu protégée par un joint de caoutchouc épais sur le rebord du trou au centre du manège. La première fille monte sur le plateau, pose ses pieds et ses mains bien à plat sur la surface du tourniquet et descend son bassin pour le mettre en contact avec le gland violacé. Elle bouge un peu pour bien axer sa vulve sur l’axe pharaonique et se laisse pénétrer au plus loin que le lui permet le plateau. Les spectatrices deviennent actrices et commencent à faire tourner la roue horizontale. L’effet est ...
     immédiat et la fille commence à crier car les frottements surtout à l’entrée du vagin sont exacerbés par la rotation. Nous sommes toutes différentes et chacune a son point G qu’il faut faire correspondre au rostre dur en rotation pour trouver un maximum de plaisir. C’est ce qu’on appelle le « supplice de la roue ». Elle monte et baisse son bassin sur cet obélisque mais ne peut tenir longtemps avant d’avoir un orgasme phénoménal et s’écrouler sur le bâton qui continue à la fouailler avant que ne cesse la rotation du plateau. Les filles se pressent pour faire un tour de manège car elles savent que pour l’homme aussi, il est difficile de résister mais ce n’est qu’à la huitième garce qu’il décharge enfin dans son con la semence encore abondante. Quand elle se retire, la poutre est complètement engluée des secrétions des donzelles et du foutre qui coulent doucement le long de la hampe. La neuvième fille de peur de ne pas avoir son tour monte sur la plateforme pour s’introduire la trique encore assez ferme dans la chatte et c’est reparti pour un tour Malgré sa fatigue et ses multiples éjaculations, nous constatons quand la fille passe le relais après avoir satisfait sa libido qu’il a de nouveau repris du poil de la bête en voyant sa matraque de nouveau fièrement dressée. Toutes les copines sont passées sur son épée tendue. Les nombreuses éjaculations ont du tarir la source mais il bande toujours. -Bon maintenant Patricia, il est temps pour ton gage, tu te souviens de ce que c’est ? ...
«12»