1. Le jour pas sage


    datte: 11/02/2019, Catégories: Entre-nous, Hétéro, Auteur: Bleusymphonie,

    C’était un jour « pas sage ». Comme le carnaval qui dédommage de l'abstinence imposée pendant le Carême, un jour « pas sage », était un jour où tout pouvait s’entreprendre, aller là où le désir porte, réaliser les fantasmes. Décidé en commun, souvent en fonction de l’humeur et des opportunités qui pouvaient se présenter, le jour «pas sage » concernait l’un ou l’autre. Cette fois-ci, le jour « pas sage » était consacré à ma compagne. D’humeur coquine depuis quelques temps, son ventre réclamait une jouissance sauvage, presqu’animale. Bien sûr, je lui apportais tellement de satisfaction ! Mais elle avait besoin de conjuguer l’excitation de l’inconnu et le plaisir de se donner comme la dernière des trainées. Depuis quelque temps, la box présentait des signes de fonctionnement erratiques. Il était venu une première fois, mais la réparation n’avait pu se faire. Une deuxième intervention était nécessaire. Ce jour était venu. Il faut dire que lors de sa première visite, il avait impressionné. Large d’épaule, son T-shirt laissait deviner un torse musclé. De grands yeux bleus soulignaient un crâne lisse et un teint ambré. Il avait tout pour plaire, mais ce qui avait retenu l’attention de Eve, lors de sa première visite, c’était cette bosse qui révélait sûrement un puissant objet de jouissance. Eve avait longuement hésité sur ta tenue pour le recevoir. Finalement la jupe couronnée d’un chemisier en dentelle l’avait emporté sur le look « sortie de douche ». « - Comment trouves-tu ma ...
    tenue ? » Me demanda- Eve avec ce regard espiègle qui en dit long sur ses visées. « - Tu es très belle, mais je pense que tu as une choses en trop. - Ah oui je vois » Elle retira sa culotte. «- Et là ? - C’est parfait. Te voila sans défense, accessible, prête à l’offrande, prête à livrer ton corps à ce mâle si prometteur. Non ? » Pour seule réponse, Eve pris ma main, la porta sous sa jupe, m’invitant à vérifier son sexe déjà gorgé de désir. A peine effleuré, je sentais son bouton gonflé, et la cambrure de ses reins ne laissait aucune ambiguïté sur la manière dont il irradiait déjà son ventre. Je l’embrassais, je devais rejoindre mon bureau. Eve pouvait lire dans mon regard un mélange d’excitation et d’impatience. Je savais qu’elle profiterait pleinement de ce « jour pas sage ». Tout en descendant les escaliers, je l’imaginais rugissante de plaisir dans les bras de cet homme, vision qui éveilla tout de suite une raideur qui a eu un certain mal à s’assouplir J’attendais avec impatience, son sms Vers 11heures 30, mon téléphone sonna de ce coup de sifflet si familier. C’était son texto. Mon cœur palpitait à sa lecture. « Mon chéri, je n’ai pas été sage, je suis encore pleine de lui, je t’attends ». Prétextant un rendez-vous extérieur, je me précipitais à ma voiture et fonçais vers la maison. Maudit soit ce temps qui s’étire à n’en plus finir. Enfin j’ouvre la porte, j’entre dans le salon, je vois Eve allongée sur le canapé, nue avec simplement son chemisier défait. Elle accueille ...
«123»