1. De Hervé à Vanessa, chienne soumise (15)


    Datte: 23/02/2019, Catégories: Transexuels Auteur: tomy83,

    On reprend nos esprits. Théna considère qu’elle n’a pas eu sa dose, mais que ce n’est que partie remise. Elle plonge, suivie de Malika, Caro, Maria et moi. Tous les cinq, on batifole, on s’arrose, on joue comme des gamins. Des gamines serait plus juste. Maria sort la première. Malgré sa soixantaine, elle est bien foutue. Caro lui emboite le pas et elles s’en vont rejoindre Émile. Malika vient se pendre à mon cou et m’enlace de ses jambes. — Bon, je vous laisse les amoureux, ne traînez pas trop. Malika me regarde amoureusement. — Ça va ton anneau, il n’a plus l’air de te gêner ? — Non, à vrai dire je ne le sens même plus sauf quand on joue avec. On s’embrasse tendrement. Je lui caresse tête, les épaules, le dos, les fesses et les cuisses. — Tu ne regrettes rien ? — Regretter quoi. J’ai une meilleure vie que dans mon ridicule studio. Et puis j’ai la chance d’être le mec de la plus salope des négresses. AÏE... Elle m’a mordu l’épaule. Je la jette loin de moi. À son retour en surface elle est morte de rire. Elle sort me laissant seule à mes pensées. Je m’installe sur un transat et m’allume un clope. Je repense à tout ce que je viens de vivre. L’institut et ma rencontre avec Domi. Émile et sa somptueuse villa. Ma chambre et la superbe Malika. La pose de mes implants mammaires (que je suis en train d’agacer) et de mon piercing. Caro et son chirurgien de mari. Maria et la non moins ravissante Théna. En quoi devrais-je me plaindre. En ai-je le droit ? Et je sens que cela n’est pas ...
     fini, mais je me donnerai corps et âme à ce petit vieux grec. Oui, pour l’amour de Malika, je le ferai. J’écrase mon mégot dans le cendrier et m’en vais rejoindre ma nouvelle famille. Mon arrivée et l’occasion pour boire une nouvelle fois à ma santé. Domi n’était pas en reste. Elle est accroupie entre les jambes de David et essaie de redonner de la vigueur à son organe. Je vois la belle Malika assise à califourchon sur la ravissante Théna. Emile câlinait Caro. Maria est en train de ranger le plaid. J’accours l’aider. — Non, non, c’est le rôle des femmes... — Maria, s’il te plait. Lui dis-je en montrant ostensiblement ma poitrine. — Excuse-moi Vanessa, Tu es la première que je rencontre. — Moi aussi, et quel effet cela te fait ? — Bizarre. Tu es belle et beau à la fois. Attirante, excitante... — Merci Maria, c’est gentil ce que tu me dis là... Je t’excite là ? — Oui, bon allez, tu m’aides ou tu me dragues ? En rigolant on replie la couverture et je la porte dans un cellier qui sert de buanderie. — Voilà, demain les femmes de ménage la laveront. — Ah, il y a des femmes de ménage ? — Oui, cinq. Ne t’inquiète pas. Elles sont très discrètes et fort jolies. Termine-t-elle en faisant un clin d’œil. Et excitantes... Me poursuit-elle en montrant ma bite. La vache, il est vrai que je bande comme un cerf. Je m’approche de la sœur d’Émile et l’entoure de mes bras. Mon sexe frotte sur son ventre. Elle me dit qu’elle a envie de me sentir en elle. Sans lui répondre, je la mets sur le plan de ...
«1234»