1. double surprise (1)


    Datte: 25/02/2019, Catégories: Inceste Auteur: fatout,

    Double surprise La grève SNCF m’a obligé de me rendre à bordeaux en voiture pour récupérer ma belle fille ( fille de ma deuxième femme) , alors en fin de stage et devant revenir rapidement sur notre domicile, pour prendre un nouveau boulot. Mon absence devait s’étaler sur deux jours, mais finalement, nous avons décidé de reprendre la route aussitôt et notre retour sur paris s’est effectuer vers 23 heures. Pas de lumière visible, nous en déduisons que Béa doit dormir et c’est silencieusement que nous déposons nos affaires dans le salon. C’est alors que nous entendons nettement des gémissements venant de notre chambre. La porte est entrouverte et la première surprise : Béa est en train de se faire sauter ; je me recule rapidement, en raison de la présence de sa fille à mes cotés ; je ne tiens pas à faire d’histoire. Si je ne suis pas opposé à des relations extra conjugales (nous pratiquons le trio), je ne suis pas particulièrement satisfait de savoir qu’elle a profité de mon absence et seule la présence de Martine évite le scandale. Nous retournons silencieusement dans la cuisine ; je dois être blême car elle me prend la main et me dit « rassure toi, ce n’est pas la première fois que je vois ma mère ainsi. Je vous ai vu plusieurs fois alors que vous receviez un ami, je me suis souvent branlée en vous observant et j’ai plusieurs fois eu envie de vous rejoindre. J’aime mater et toi aussi car je t’ai vu te branler, assis sur le fauteuil alors qu’elle avait son amant entre les ...
     cuisses ». Je suis abasourdi, tant par la situation que par les révélations de Martine. Me prenant par la main, elle me guide à nouveau vers la porte d’ou viennent les soupirs de plaisir : « viens on va mater ; cela ne change rien et j’ai envie de les voir ». Je me laisse guider ; par l’entrebâillement, nous pouvons constater qu’ils ne nous ont pas entendu ; en effet, les cuisses relevées sur les épaules de son amant, Béa encaisse une baisse torride ; à grand coup de piston, l’homme la pénètre vigoureusement et Béa prend son pied ; sous les coups de butoirs, elle jouit bruyamment ; je ne distingue pas le visage de son amant mais manifestement ,il est bien membré et il sait s’y prendre ; Béa est déchainée et elle l’encourage pour qu’il lui défonce la chatte. Martine s’est accroupie à mes pieds pour pouvoir découvrir la scène ; je l’ai un peu oublié, captivé par la scène qui malgré tout me fait bander ; même maintenant j’aime voir Béa se faire culbuter. C’est alors que martine se retournant s’attaque à ma braguette tendue et mettant un doigt sur ses lèvres, elle me fait signe de me taire. Ma queue jaillit, bandée, douloureuse d’avoir été comprimée ; sa langue s’attaque au méat, avant que sa bouche avale le chibre offert ; sa bouche est douce, experte ; elle m’avale, me recrache pour mieux m’engloutir ensuite ; c’est un calvaire car je ne peux résister à sa sucette et en même temps je dois rester silencieux. Captivé par la vue de ma Béa se faisant démonter la chatte et sucé par un ...
«1234»