1. Maître-seducteur (1)


    Datte: 26/02/2019, Catégories: Gay Auteur: Hartigan23,

    La piscine ! Vraiment, avez-vous un meilleur moyen d’observer (sans crainte de représailles sociales) les corps saillants et musclés de beaux mâles en forme ? Enfin bon, il faut connaitre un peu son environnement, savoir quand les vrais bons nageurs viennent s’entraîner, ce genre de détails, voyez-vous. Je n’ai pas la prétention d’être baraqué mais je suis bon nageur, alors c’est sans crainte que je viens promener mon mètre quatre-vingt-dix (fin, mais grand !) sur les bords de la piscine municipale. Il serait malvenu de ma part de blâmer les mecs qui reluquent les beautés féminines qui se baladent en maillot, mais moi ça fait déjà longtemps que je suis attiré par les hommes. Depuis que je suis à l’université, je n’ai pas eu la chance d’avoir de relations sérieuses, donc bon autant tenter de s’amuser un peu là où j’en ai envie en attendant de trouver l’homme idéal. Je ne sais pas si j’allais le trouver à la piscine, mais en tout cas que de beaux mecs il y a aujourd’hui ! Il y a un peu de monde pour être tranquille en nageant, mais j’aperçois vite quelques hommes très attirants. Or il ne faut pas se laisser submerger par l’émotion, en slip de bain chaque érection se paie cash. Bon, je rentre dans l’eau parce que je n’ai quand même pas payé une place juste pour mater, mon dos ne va pas se muscler tout seul. Je plonge mes épais cheveux bruns dans l’eau, armé de mes lunettes de piscine. Je nage donc, sans me priver d’observer quelque muscle saillant qui passe à portée de ...
     regard ; il m’arrive même par un geste maladroit d’effleurer le maillot d’un nageur. Mais dans le bassin, nul reproche, après tout une maladresse de ce genre est si vite arrivée, même pour les meilleurs. Alors que je ressors un moment du bassin, mes yeux s’attardent sur des fesses de compétition qui sont pour mon bonheur dissimulées par un boxer de bain un peu trop moulant. Je note qu’elles appartiennent à un beau blond qui je prends discrètement en filature, mais je le vois embrasser sa copine dans les vestiaires mixtes. Dommage. Alors que je remonte vers le bassin, je croise le seul homme qui n’est pas torse nu : le maître-nageur. Il est adossé au mur et m’observe fixement, comme s’il m’attendait. Alors que je vais passer devant lui, il m’interpelle : — Dis donc, tu crois que j’ai pas remarqué ton petit manège? Je m’arrête subitement, sous le choc. Je sais très bien de quoi il veut parler et je n’ai aucune envie de passer pour un pervers doublé d’un homo (que voulez-vous, je n’ai pas l’habitude de revendiquer mon orientation haut et fort, certaines personnes peuvent mal le prendre). Immédiatement, j’essaie de le dissuader : — Pardon mais de quoi parlez-vous ? — Arrête ton char obsédé, depuis que tu es arrivé je te vois te retourner sur chaque mec qui passe ! Avec son visage jeune qui contraste avec ses cheveux grisonnants (malgré qu’il ait plutôt l’air d’un trentenaire), son air sévère et ses gros bras ostensiblement croisés, j’ai vraiment l’impression que je vais passer un sale ...
«123»