1. Le chapeau de ma mère (2)


    Datte: 27/02/2019, Catégories: Inceste

    À mon retour en fin d’après-midi, ma mère était d’humour joyeuse, plus qu’à l’accoutumée. Le souvenir de journées où elle était plus guillerette refit surface. Je comprenais maintenant les raisons de ces accès de joie qui paraissaient autrefois anodins. Je tentais pour ma part de faire bonne figure, perturbé que j’étais et la bonne humeur de ma mère compensa mon peu d’entrain. Je m’enfermai rapidement dans ma chambre, prétextant vouloir me replonger dans mes cours, mais une toute autre activité m’occupa. Moi qui n’avais jamais montré un grand intérêt pour la sexualité, j’avais besoin de potasser le sujet : trop de questions forcément sans réponse tournaient en boucle sous mon crâne, suite à cet éveil soudain en la matière. Dans un premier temps, j’évitai les films, trop crus à mon goût, pour me concentrer sur des sites plus informatifs. Il y avait à boire et à manger dans tout ça et, si certains points s’éclaircissaient, d’autres restaient encore totalement obscurs. Mais le sujet était maintenant impossible à éluder. Je fis une pause et vint voir si ma mère avait besoin d’un peu d’aide. Fredonnant des mélodies légères, elle préparait le dîner et prenait de l’avance pour les repas du lendemain. ─ Veux-tu que je m’occupe du linge ? As-tu des vêtements à ajouter ? ─ Tu es un ange. J’ai mis tout ce que j’avais à laver dans la panière. Si la machine est assez pleine tu peux faire une lessive, sinon ça peut attendre demain j’irai certainement faire du sport à la salle. ─ ...
     Bien, je file à la salle de bains. J’en profiterai pour prendre une douche. ─ Prends ton temps, ce n’est pas encore prêt. Je commençai à transférer le linge, j’attrapai d’abord la robe que ma mère avait porté pendant la journée et juste sous cette robe se trouvait un minuscule string. J’avais eu cent fois l’occasion de faire des lessives comme celle-ci mais, cette fois, la vue du sous-vêtement me troubla. Je mis la minuscule pièce de tissu de côté et continuai à remplir la machine à laver. Vint une culotte satinée assortie à un soutien-gorge et ce contact soyeux acheva de me perturber. Je n’avais, jusqu’à présent, jamais prêté attention à ce genre de détails et il apparaissait comme une évidence absolue que je devais combler ce retard. La panière était vide mais il restait de la place dans le tambour de la machine. Cela me permettait inconsciemment de justifier ce que je m’apprêtai à faire. Je pris ma douche en quatrième vitesse et filai dans ma chambre tout aussi vite, embarquant mon larcin pour une première expérience. En sécurité dans mon antre, je portai à mon nez le string que ma mère avait porté toute la journée. Quelle odeur ! Elle avait du être excitée longtemps jusqu’à ce que son amant ne la rejoigne et son sexe avait eu le temps de bien imprégner le tissu de son odeur. Tandis que je reniflais ces effluves dont je ne me lassais pas, je jouais avec la culotte satinée ; j’appréciais les sensations que me procurait cette matière. Ni une ni deux, je décidai d’enfiler le ...
«1234»