1. Trail en famille (2)


    Datte: 01/03/2019, Catégories: Inceste Auteur: mlkjhg39,

    Petite balade en montagne.2 (Ces événements se sont déroulés dans le beau département du Jura.) Comme tous les ans je vais encore passer les vacances de la Toussaint chez mes grands parents avec toute la Grande famille. La deuxième nuit est enfin là. On pourrait remonter la deuxième tente mais il y a toujours le problème des duvets. Il va falloir employer la même méthode que la nuit dernière. On constate que les sous-vêtements de Charles sont toujours humides. Annie lui demande de les retirer. Il lui répond : -Je ne veux pas, je ne vais pas me mettre à poil devant vous ! Suite. Je lui rétorque : -Tu sais, c’est un peu tard pour faire le difficile, surtout qu’on t’a déjà vu nu comme un vers, et ce matin on a bien apprécié le spectacle, hein les filles ? Et Annie pour surenchérir : -Ne fais pas la tête, tu n’as pas à avoir honte. Et il est vrai que ma foi, j’ai été agréablement surprise par ce que cachait ton pantalon. Nous nous retrouvons de nouveau comme harengs en caque. Mais cette fois-ci, il ne m’a pas fallu attendre le matin pour sentir s’incruster dans la raie des fesses une matraque bien dure. Il commence à apprécier la situation le petit cochon ! Je n’y tiens plus et malgré le peu de place, arrive à glisser ma main gauche entre nos corps et me saisir de cette verge exceptionnelle. Il a un sursaut mais ne peut rien faire pour m’empêcher de caresser cette belle queue et ne réagit pas pour ne pas alerter les cousines. Mais à peine quelques secondes plus tard, un liquide ...
     visqueux se répand sur mes reins et ma petite culotte. Le puceau n’a pas tenu longtemps. Je m’endors heureuse du devoir accompli. Le lendemain, nous reprenons notre ballade mais entre cousines, nous ne parlons que du spectacle que nous a encore donné Charles ce matin avec son poireau au garde-à vous. C’est qu’il commence à nous exciter et les comparaisons fusent. Ça commence par Julie : -Putain ! Si ce n’était pas mon cousin, je lui aurais sauté sur le paf ce matin pour en extraire son jus ! Je croyais mon petit copain bien fournit de ce coté là mais je me rends compte qu’il y a mieux sur le marché. Et Annie d’y aller de sa comparaison : -Moi, je ne peux pas dire, je n’ai vu que celle de ton frère Olivier qui se branlait en cachette dans la salle de bain. Au repos elle était comme celle de Charles mais quand il bandait, sa bite dépassait à peine de sa main. J’y vais donc de mes expériences : -J’ai connu trois garçons et je dois dire qu’ils n’arrivaient pas à la cheville du cousin coté mensuration. Mais vous savez les filles, le principal, c’est de savoir bien s’en servir et je suis sûre que Charles est encore puceau. Hier soir, j’ai voulu essayer de le branler mais en quelques secondes, il avait vidé ses burnes sur ma petite culotte. Nous nous mettons à rire en jetant un œil sur Charles qui traîne un peu derrière nous. Je m’enhardie et leurs propose : -Cette nuit, on va encore lui dire de se mettre à poil pour sécher correctement ses habits ainsi que les tiens Julie, et les ...
«123»