1. Forêt de Brocéliande


    Datte: 05/03/2019, Catégories: fh, ff, fbi, couple, freresoeur, copains, poilu(e)s, fépilée, campagne, douche, amour, Voyeur / Exhib / Nudisme Voyeur / Exhib / Nudisme Voyeur / Exhib / Nudisme strip, ffontaine, intermast, Oral Oral Oral préservati, pénétratio, portrait, Auteur: Drulin,

    En arrivant à Dijon, je sympathise avec Ariane. Rapidement il me semble qu’elle est attirée par les filles, même si elle me dit avoir un copain. Je me dis que cette fille a des pulsions lesbiennes refoulées ou qu’elle est bisexuelle. Cela ne me dérange pas, étant moi-même bisexuelle convaincue, choisissant mes partenaires, non du fait de leur sexe, mais des atomes crochus que je peux avoir avec eux. Je le vis très bien sans pour autant le crier sur les toits. Aux beaux jours, elle m’invite dans sa maison familiale à la campagne pour le week-end. — Tu vas voir, Sibylle, c’est une maison dans les bois. Pour se reposer, c’est l’endroit idéal.— Très bien ; après ces dernières semaines, j’ai vraiment besoin de faire une pause.— Je suis heureuse que tu aies accepté mon invitation.— Nous serons seules ? je lui demande.— Oui, mes parents qui vivent à l’étranger n’y mettent jamais les pieds, et mon frangin est absent pour le moment. Je te préviens, ce n’est pas le grand luxe. C’est une maison de campagne, pas un château. Nous partons avec ma voiture. Pour voyager, je porte une robe d’été légère avec de fines bretelles. Et peu après notre départ, Ariane me dit : — Je me trompe ou tu n’as pas mis de soutien-gorge ?— Bien vu. Ça se voit tant que cela ?— Bah, déjà sur les épaules il n’y a que les bretelles de ta robe, et puis tes seins tressautent lorsque le route et déformée. Remarque, il fait si chaud que tu as bien raison, avec la poitrine que tu as. Moi je n’oserais jamais : mes ...
     nichons sont trop lourds.— C’est vrai que j’ai une poitrine plus menue que la tienne, mais il est rarement trop tard pour abandonner les soutifs. Ce n’est pas un problème de taille ; la seule chose, c’est qu’il est déconseillé de se lancer dans le mouvement seins libres du jour au lendemain lorsqu’on a de gros lolos, mais d’y aller petit à petit et avoir quelque chose qui maintient les seins au début. Il n’y a que si tu as une ptôse, lorsque le téton regarde le plancher, qu’il est malheureusement trop tard.— Non, heureusement, ce n’est pas mon cas. Mais tu dis « abandonner le soutif » ; tu veux dire ne pas en porter du tout ?— Oui, car moi, je n’en porte jamais.— Quoi ? Tu n’en as jamais mis ?— Si, jusqu’à mes 18 ans, il y a cinq ans. Et puis, un été je n’en ai pas mis : le jour en bronzant sur la plage et la nuit je dormais à poil avec mon copain, le reste du temps ça ne me posait pas de problème. Et puis, après les vacances, j’ai eu envie de ne plus en porter du tout. Je le faisais à certains moments de la journée, chez moi. Puis j’ai commencé à sortir sans soutif, mais au début j’en prenais toujours un avec moi, au cas où. Puis ça a été des journées complètes, jusqu’à éradiquer totalement ce sous-vêtement.— Mais tes tétons peuvent pointer le bout de leur nez sous ta tenue.— J’en ai bien conscience. D’ailleurs, dans les premiers temps, lorsque je n’avais pas l’habitude, le frottement de l’étoffe sur le mamelon le faisait réagir, se dresser, et donc se laissait voir. Cela peut ...
«1234...14»