1. Roadtrip (6)


    Datte: 08/03/2019, Catégories: Voyeur / Exhib / Nudisme

    Lorsque je me suis réveillé, le lit était vide, et le réveil indiquait dix heures du matin. J’avais dormi plus que de raison. J’ai enfilé un caleçon et suis allé dans le séjour, où j’ai trouvé Nina en train de préparer le café. Elle est venue m’embrasser en m’en apportant une tasse, puis s’est assise sur la terrasse pour se passer du vernis à ongles. _ Tu es réveillée depuis longtemps ? _ Une heure environ. Ça m’a laissé le temps de me préparer. En effet, Nina était déjà apprêtée. Lavée, coiffée, maquillée et habillée. Elle avait enfilé un short, haut sur la taille comme sur les cuisses, et un top assez échancré pour être obligée de porter un soutien-gorge. Non pas que ça l’aurait gêné de se retrouver avec un sein à l’air, non, elle n’était pas du genre à s’offusquer pour si peu. Mais autant commencer la journée sur de "bonnes" bases. Je me suis dépêché de finir mon petit déjeuner et de m’habiller à mon tour, histoire de ne pas gâcher notre journée culturelle. Et donc, moins de trente minutes après mon réveil, nous étions déjà dans la rue, chaude et bruyante. Et on a marché. Longtemps. Nina avait prévu le coup en enfilant une paire de baskets pour l’occasion, ce qui lui donnait, avec sa paire de lunettes solaires sur le nez, un air de jeune californienne branchée. J’ai surpris quelques regards masculins se poser sur elle, ce qui me rendait assez fier. Et pendant plusieurs heures, nous avons marché à travers les ruines de la Grèce Antique, de l’Agora d’Athènes à l’Acropole, ...
     du Parthénon à l’Héphaïstéion, de la Porte d’Hadrien au Théâtre de Dionysos. Vers seize heures, nous étions tous les deux crevés, les jambes en compote et suant à grosses gouttes. Nous en avions maintenant assez des visites, aussi nous avons décidé de rentrer à notre appartement, le temps d’une douche, avant de ressortir le soir. Pour rentrer, nous avons traversé le parc de la colline des Muses, un massif aride au cœur de la ville, recouvert de végétations sèches, de pavés, et de ruines disséminées par-ci par-là. C’est ici que Nina m’a saisi la main et m’a dit : _ Attends, je dois faire pipi. Elle savait que je la suivrais de toutes façons, aussi elle n’a pas lâché ma main, jusqu’à ce qu’on se retrouve au milieu des buissons, à priori à couvert d’éventuels passants. Elle a défait son short et l’a baissé sur ses genoux, avec sa culotte, avant de s’accroupir, et de pisser devant mes yeux, sans la moindre gêne ou pudeur. J’ai été incapable de détourner le regard du jet doré qui s’échappait de son sexe. Puis je l’ai regardée me regarder, et les pensées les plus lubriques ont envahi mon cerveau. J’ai eu envie de sortir mon sexe, prendre sa bouche, sa gorge, et puis me répandre sur elle, lui éjaculer dessus, puis lui pisser dessus. Quand je l’ai vue se mordiller la lèvre, je me suis dis que peut-être avait-elle lu dans mes pensées. Mais un cri venant de derrière les buissons nous ont sortis de mes pensées. Nous sommes restés un instant sans bouger, puis un deuxième cri s’est fait ...
«1234...»