1. L'inconnue de l'Est-Express


    Datte: 08/03/2019, Catégories: fh, fplusag, frousses, extracon, inconnu, caférestau, Oral Oral 69, pénétratio, occasion, Auteur: SandyLo,

    Et voilà. J’ai encore raté mon train à trois minutes, il fait moche, on est en octobre. Avec une quinzaine de stations pour rejoindre Gare de l’Est, ça m’arrive assez souvent, c’est aléatoire. Alors, comme d’hab’, je vais attendre le prochain. Il est dans trois quarts d’heure, je le sais j’ai l’habitude aussi. Je ne me suis jamais résigné à poireauter devant le panneau d’affichage. Pas mon tempérament. Mon passe-temps, dans ces cas-là, c’est de mater autour de moi, et parfois, si je suis en forme, de me mettre en chasse. Je sais que j’ai peu de temps. Mon jeu, mon défi, c’est d’essayer d’attraper un 06. Ça, c’est le minimum syndical, établi entre copains. On s’explique nos techniques entre nous d’ailleurs, on échange les tuyaux qui ont déjà fonctionné. Évidemment, le top, c’est d’emballer la fille. Lui voler un baiser, ou mieux, lui rouler une pelle ; c’est possible avec un peu de temps devant soi. J’y suis déjà parvenu deux fois en quelques années. La promesse de se revoir, tout ça Sur les deux j’en ai revu une qui a accepté quand je l’ai rappelée - l’autre avait juste accepté mon numéro mais pas proposé le sien – bref celle-là je lai embarquée dans le studio de mon frère et je l’ai sautée sans chichis. Très bon souvenir, mais depuis En fait, il ne faut pas être trop orgueilleux avec ça. On est tous d’accord, lorsqu’on en parle. Pour dix filles abordées, deux ou trois acceptent de bavarder, et une seule laisse une ouverture qu’il faut saisir. Parce que c’est le bon moment ...
     avec elle. Deux semaines avant ou après, elle m’aurait éconduit comme les autres, mais allez savoir, parfois on se trouve là au bon moment, et là, pas besoin d’être Brad Pitt, avec un peu de tchatche on lui change les idées. °°°°°°°°°°° Celle-là traverse le hall de la gare de l’Est d’un pas décidé alors que je viens de consulter le panneau des horaires. En me retournant j’ai juste eu le temps d’apercevoir son profil. De longs cheveux roux qui balancent légèrement au rythme de sa marche. Elle doit sortir d’un train de banlieue. Une Parisienne qui rentre chez elle. Pas pressée en principe. Je suis accroché par la taille fine que laisse voir son blouson. Je la suis pour la détailler un peu. Quelles jambes ! Un collant bleu, sur lequel flotte une petite robe, légère pour la saison. Une démarche simple, élégante, sur des bottines bleues aussi. Plutôt sexy, mais pas trop. Une discrète, on va dire : ça se tente. Elle va bientôt atteindre la sortie quand je l’aborde. — Excusez-moi ! Pardon ! Mademoiselle ? Elle accélère le pas, j’ai l’habitude. — Non, ne vous sauvez pas comme ça, n’ayez pas peur, Mademoiselle ! Elle m’a entendu, tourne à demi la tête. Je baisse le ton. — Ne vous inquiétez pas, je ne vous veux pas de mal. En fait, je vous ai vue quand j’allais prendre mon train et j’ai fait demi-tour. Elle continue de marcher, je suis à ses côtés à présent. — Je me suis dit : elle est très belle, cette femme, il faut que je lui dise.— Merci, c’est gentil. Voilà. Première case cochée : ...
«1234...8»