1. Vestiaire de foot (1)


    Datte: 09/03/2019, Catégories: Gay

    Je m’appelle Ced, j’ai 25 ans, je joue au foot, tous les week-ends. J’adore le foot, depuis que je suis gamin. Et je suis gay, bien sûr, sinon je n’aurais pas envoyé ce récit. Je ne pensais jamais que ça arriverait, mais j’ai eu une relation sexuelle dans les vestiaires. J’ai envie de vous le raconter...Le sport, et en particulier les sports collectifs font fantasmer beaucoup d’homos. Des mecs tous ensemble sur un terrain, portant des shorts laissant voir leurs cuisses musclées, les effusions et les embrassades après un but, les vestiaires, avec leurs gestes de "franche camaraderie masculine", les odeurs viriles, les mecs qui se déshabillent devant les autres et se baladent, sans aucune gêne, à poil dans les vestiaires, les douches... Tout ça, ça a nourri les fantasmes de générations de gays. Y compris les miens, bien sûr. Et pourtant, je peux vous dire que ce n’est pas toujours facile d’être sportif et homo. Personne, dans mon équipe, ne sait que j’aime les mecs. Heureusement. Mais d’un autre côté, je me dis que ce serait peut-être simple. Parce que c’est pas facile, souvent, trop souvent, dans les vestiaires ou sur le terrain, d’entendre des blagues à la con, homophobes ou tout simplement bêtes, mais qui font mal. Des fois c’est des réflexions débiles, du genre "Ça, c’était pas une passe de pédé!" Le mec qui dit ça ne pense même pas à ce que ça veut dire, ça sort tout seul. Bref. C’est pas toujours facile, et il faut le savoir, et ne pas penser que tout se passe comme dans ...
     les fantasmes. Dans les vestiaires, sous les douches, je peux mater. Mais pas autant que je le voudrais, et toujours avec beaucoup de précaution et de discrétion. Mais je ne peux pas imaginer aller plus loin. Déjà, en matant mes potes à poil, en reluquant leurs bites pendantes, leurs petits culs bien musclés, leurs abdos et leurs pectoraux bien dessinés, j’ai parfois l’impression de trahir leur confiance. Et s’ils s’en rendaient compte, ils ne seraient plus naturels avec moi. Donc, il est hors de question pour moi d’imaginer faire quoi que ce soit avec un de mes partenaires. Enfin... C’était impossible à imaginer. Car c’est arrivé. C’était il y a trois semaines. Un week-end comme un autre, une séance d’entraînement comme d’habitude. Cet après-midi là, on s’était défoncé comme des oufs. On avait couru comme des bourrins, l’entraîneur nous avait tués, on n’en pouvait plus. On s’était tous retrouvés dans les vestiaires, nazes, nos maillots littéralement trempés de sueur. Dans les vestiaires, ça sentait encore plus le mec que d’habitude. Ça sentait la sueur, mais bizarrement, ce n’était pas une odeur désagréable. C’était même plutôt excitant, et en entrant parmi les derniers, dans cette atmosphère virile, et en voyant certains de mes potes déjà presque à poil, ça m’a immédiatement foutu la gaule. J’étais super gêné, je bande très rarement quand je fais du sport. En général je suis concentré sur ce que je fais, je ne pense pas à ça, et dans les vestiaires j’arrive à me contrôler, ...
«1234...»