1. Stage à la ferme (2)


    Datte: 10/03/2019, Catégories: Partouze Auteur: granpolla,

    Le lendemain matin, je commençais ma première journée de travail. Pierrette, la fermière, m’a emmené au potager et m’a demandé de récolter les carottes et les asperges. Ça n’était pas difficile : je m’acquittais facilement de ma tâche. Justin passait de temps en temps à quelques mètres de moi, mais je n’osais pas lui parler : j’avais peur que notre relation soit découverte et que nous soyons sanctionnés. Mais j’espérais pouvoir le voir en cachette... Pierrette semblait satisfaite de mon travail. Aussi elle m’a accordé une pause dans l’après-midi : j’ai choisi d’aller me baigner dans la rivière toute proche. Comme je n’avais pas de maillot de bain, j’ai demandé à Pierrette si elle pouvait m’en prêter un et voici quelle fut sa réponse : -Tu n’as pas besoin de maillot de bain. Personne n’en porte à la ferme ! On est chez nous, personne ne nous voit ! Ça ne m’a pas du tout choquée, bien au contraire... J’ai retiré mon short et mon T-shirt et je suis rentrée dans l’eau. Je prenais un réel plaisir à nager nue : une sensation de liberté incroyable. Je n’ai même pas vu Justin rentrer à son tour dans la rivière. Tout à coup, il était à mes côtés ! J’étais comblée ! On a joué comme des gamins à s’asperger d’eau ! Puis on est passé à d’autres types de jeux : sous l’eau, on s’est fait plein de petites caresses ! Personne ne pouvait voir ce qu’on faisait et on en profitait ! On s’amusait bien ! Puis on a vu Pierrette entrer dans la rivière en agitant ses gros nénés. Arrivée à notre ...
     hauteur, elle s’est adressée à nous : -Alors les amoureux ! Vous croyez que je ne vous ai pas vus ! On était pris la main dans le sac alors qu’on pensait s’être caressés en toute discrétion ! -Allez ! Je vais être sympa : vous avez un quart d’heure avant qu’on reprenne le travail ! Avec Justin, on s’est concertés : il fallait vraiment profiter au mieux de ce temps très court ! Nous sommes très vite sortis de l’eau pour aller nous allonger dans l’herbe. Tout de suite, je me suis occupée de lui. J’ai longuement caressé son torse musclé, son ventre, son nombril, sa bistouquette et même ses roubignoles. Puis j’ai approché ma langue et j’ai léché son organe mâle. J’y ai mis tellement d’entrain qu’il s’est raidi en moins de deux ! La veille, dans la pénombre, je n’avais rien vu ; en plein jour, j’étais vraiment impressionnée ! Au sommet de la tige épaisse trônait un gland tellement appétissant que je m’empressais de le sucer. Pierrette me regardait comme si elle assistait à un cours ! Alors qu’elle en savait sans doute un rayon sur le sujet... Je continuais à m’occuper de Justin tout en jetant un œil à l’impressionnante poitrine de la fermière. Alors il m’est venu une idée un peu tordue ! J’ai lâché prise et j’ai dit à Pierrette : -Tiens ! A toi de jouer ! Justin a très envie de tes nichons ! Alors Pierrette lui a donné une bonne branlette espagnole ! J’étais fascinée de voir ce gros dard qui semblait perdu au milieu de ces deux énormes mamelles ! Pierrette semblait y prendre son plaisir ...
«123»