1. Le fabuleux destin de Benjamin (9)


    Datte: 11/03/2019, Catégories: Partouze

    Benji9 – Chantal Après l’après-midi de baise dans le jardin des voisins, Gilles rentra chez lui, et se demanda comment il réagirait si sa femme succombait aux charmes de Benji. Mais il se rassura en se disant que même si sa femme se faisait sauter par ce petit jeune, il pourrait profiter de la voisine quand il voulait sans qu’elle ne puisse rien y redire. Cette histoire de partouze du WE, le travaillait, même si sa femme succombait à Benji, il n’arrivait pas à l’imaginer dans la même situation dans laquelle il avait vu la voisine avec une bite, dont la sienne, dans chaque orifice. Mais il ne put s’empêcher de bander, en imaginant toutes les jeunes salopes dont lui avait parlé Paul, pour le faire saliver. Il avait très envie de participer à cette partouze, mais hésitait encore sur le fait que sa femme y participe aussi, et qu’elle se fasse baiser par n’importe qui. Et Gilles allait bientôt atteindre les 50 ans, alors que Chantal était une très belle femme de 30 ans, cheveux courts, châtains et bouclés, elle était grande et fine, 1,75m pour 65kg environ, des tout petits seins, du 85B, mais un superbe petit cul, bien rond et bien ferme, elle était coiffeuse, et elle ne laissait pas indifférent ses clients masculins, surtout en cette période estivale, où elle s’habillait très légèrement. Elle s’en amusait, et même si quelque fois elle avait été tenté, elle restait une femme fidèle à son mari, contrairement à lui qui fourrait sa queue où il pouvait. Gilles l’attendit pour ...
     diner, et lui annonça qu’il recevrait les voisins à diner le lendemain soir, si elle pouvait finir plus tôt, pour qu’elle ait le temps de se faire une petite beauté. Chantal fut surprise, c’était rare qu’ils reçoivent des invités en pleine semaine, mais elle approuva cette initiative, il était temps qu’ils fassent plus ample connaissance avec leurs voisins, qui semblaient si charmant. Gilles lui annonça qu’ils seraient accompagnés d’un élève du voisin, dont Paul s’occupait, plus attentivement. Cela surprit un peu Chantal, mais elle trouva cela plutôt généreux de la part d’un professeur de se préoccuper si attentivement d’un élève. Ils passèrent la soirée tranquillement, et le lendemain, Chantal partit travailler comme à son habitude, promettant à son cher mari de rentrer une heure avant que les invités n’arrivent. Gilles partit travailler également, il était chauffeur de bus, et sa journée fut très perturbée, il n’arrêtait pas de penser à cette soirée, comment sa femme allait réagir, est-ce qu’elle allait sefaire baiser comme leur salope de voisine, tout un tas de question lui travaillait l’esprit, qu’il faillit avoir un accident de circulation. Il essaya de se concentrer, mais rien à faire, il s’imaginait sa femme à poil, avec l’énorme queue de Benji au fond de son cul, et c’est à ce moment-là qu’il rentra dans une voiture arrêtée au feu. Il dut faire un constat, il ramena comme il put son bus au dépôt, et son chef lui dit qu’il n’avait pas l’air dans son assiette et lui dit de ...
«1234...13»