1. Soumission à ma future épouse


    Datte: 12/03/2019, Catégories: Gay Première fois Voyeur / Exhib / Nudisme Auteur: nadiatvx,

    Alors âgé de 21 ans, je vivais avec Zohra, une compagne qui avait 10 ans de plus que moi. Je la considérais comme ma femme et ma maîtresse. Si elle et moi nous avions une vie sexuelle bien remplie, la gâterie ne faisait pas partie de son répertoire malgré mes demandes.Un jour d’été, comme nous étions sur une plage naturiste où se côtoient hétéros et homos, ma compagne avait l’air d’avoir le minou en feu, elle me caresse le manche, ce qui le mit en forme rapidement.Un homme, qui se tenait non loin, observait la scène, Zohra me fit remarquer son gros zob qu’il était en train de branler doucement. Sa queue était longue et assez épaisse. Ayant déjà eu quelque échange avec d’autres partenaires, je n’ai pas été étonné quand elle m’a demandé si on pouvait lui faire signe de s’approcher. Ce que j’accepte.Nous sommes assis, l’homme arrive à nos pieds, nous avons son gros zob sous les yeux. Ma maîtresse lui demande s’il veut se faire sucer, je suis étonné de cette proposition, sachant qu’elle refuse de me le faire. Lui est heureux de cette proposition, mais elle ajoute que ce n’est pas elle qui va le faire mais moi, ce qui ne le dérange pas du tout car il se dit bi. Elle me dit : « pourquoi ne le ferais-tu pas ? au moins, tu sauras ! ». Je ne veux pas, je refuse : l’homme s’en va, désenchanté. Mais ma compagne lui promet qu’un jour cela se fera.Arrivés chez nous, Zohra me promet que je ne la toucherai plus avant de retourner sur cette plage. Elle ne se gêne pas de se promener nue dans ...
     la maison, de prendre des poses impudiques ; malgré tous mes efforts, je n’arrive pas à lui arracher la moindre caresse. Elle me promet que son envie de me faire voir ce que c’était une pipe est devenue pour elle un fantasme, elle veut me voir sucer. Au bout d’une semaine, je finis par céder et accepter de retourner sur cette plage.Quand nous sommes arrivés, nous avons marché sur le sable jusqu’à ce que nous retrouvions l’homme que ma compagne avait choisi. Zohra lui fit signe de nous suivre, ce qu’il fit. Nous nous sommes enfoncés dans la végétation jusqu’à un endroit où les roseaux étaient plus clairsemés. Je me déshabillais entièrement, ma chérie me fit mettre à genoux, assis sur mes talons.L’homme s’approcha, la situation devait l’exciter car il bandait, son membre raidi était à la verticale le long de son ventre et là, je constatais que la nature l’avait gâté. Ma femme me saisit les couilles et les pressa en me disant de lui faire une vraie pipe. De ma main gauche, je lui pris les bourses que je lui massais, elles avaient l’air bien pleines. De ma main droite, je saisis sa queue que j’approchais de ma bouche, je finis de le décalotter et gobais son gland. Le goût n’était pas si désagréable, c’était doux est moelleux.Je le suçais légèrement, l’homme me mit ses mains sur ma tête et appuya pour me faire comprendre qu’il voulait que sa queue aille plus profondément ; j’avais la bouche bien remplie. Il m’obligeait de temps à autres de ralentir, je sentais qu’il voulait faire ...
«12»