1. Oncle Robert (2)


    Datte: 12/03/2019, Catégories: Gay

    Je suis réveillé par un grand flash qui vient du jardin. Je me lève, encore tout endormi, et me dirige vers la fenêtre. Des gouttes d’eau tombent de plus en plus fortement sur la vitre et j’entends le premier grondement. J’ai horreur des orages... Je me réfugie sous les couvertures et essaye tant bien que mal de me rendormir. J’attends plusieurs dizaines de minutes sans succès. La porte de ma chambre est toujours ouverte et je décide d’aller voir Robert, qui m’avait proposé de dormir avec lui si j’avais trop peur. Je marche doucement jusqu’au pas de la porte et m’aventure dans le couloir à pas de loup. Je vais jusqu’au bout et vois que la porte de sa chambre est entrouverte, comme il l’avait dit. Je passe la tête à l’intérieur et distingue Popi en train de dormir profondément de son côté. Je traverse rapidement la pièce et m’allonge près de lui en prenant un peu de couverture. Heureusement qu’il a un lit deux-places ! Je tire encore un peu le tissu et remarque que tonton est en fait complètement nu ! Je me fige, mon regard fixé sur sonentrejambe. Je me ressaisis et m’assure que Popi dorme toujours, ce qui est bien le cas. Bizarrement, la vue qu’il m’offre me met dans un drôle d’état. Je sens que mon pénis commence petit à petit à pousser le tissu de mon caleçon. J’avais de plus en plus chaud et je me sentais vraiment à l’étroit. Je décide alors de l’enlever et je me sens tout de suite mieux quand mon sexe entre en contact avec le drap. J’étais à la fois excité, par la vue du ...
     sexe d’un autre homme que moi, et stressé, de peur d’être surpris en train de le mater. Mais mon oncle avait l’air de dormir profondément. Je m’allonge juste à côté de lui, de sorte que nos jambes se touchent à peine. Ce simple contact me chauffa le bas-ventre et c’est ce qui me décida à continuer plus loin. Lentement mais sûrement, je glisse ma main vers son entrejambe. J’arrive au niveau du nombril et descends un peu plus jusqu’à sentir les premierspoils, plus durs que ceux sur son ventre, et les enroule autour de mon index. Je m’enhardis et arrive à la base de son sexe. J’ai du mal à respirer, étant de plus en plus excité par ce que j’étais en train de faire. La peau de son pénis était douce et je m’attardai dessus pendant quelques secondes. J’essaye tant bien que mal d’entourer son chibre avec ma main mais je peine à le faire, elle doit vraiment être grande ou alors ma main est très petite, je pense qu’il y a un peu des deux. Je commence doucement à le caresser et j’en oublie presque mon propre sexe, qui n’avait jamais été aussi dur depuis ma première érection. Je décalotte délicatement son gland et j’aperçois dans la pénombre un gros champignon rose pâle. Je joue un peu avec le prépuce et fais quelques aller-retour quand je sens le sexe de Popi grandir petit à petit entre mes doigts. Mince, je venais de le faire bander ! Il était encore plus gros et plus long que dans la salle de bain. J’étais assez fier de moi, j’avais réussi à faire ériger un sexe autre que le mien. Je ...
«1234...12»