1. Petits atouts en plus.


    Datte: 12/03/2019, Catégories: Entre-nous, Hétéro Auteur: Le Matou libertin,

    (suite de Défonce-moi). Quelques semaines après avoir fait une partie à trois dans une des love room d’un sex-shop situé dans le quartier de Halles à Paris, j’y suis retourné seul car ma copine était en stage en province pour deux semaines. Je sortais du boulot et j’avais envie de trainer un peu dans ce quartier chaud à mater les filles qui racolaient outrageusement. En entrant, je repensais à cette séance à trois au cours de laquelle ma copine Mélissa s’était fait prendre en levrette par ce black qui s’était invité pendant qu’elle était en train de me sucer la queue. Après avoir fait rapidement le tour des divers étages, je suis redescendu près des caisses où j’ai entrepris une des vendeuses qu’il m‘était déjà arrivé de sauter vite fait pendant une de ses pauses. Mais là, mon baratin ne semblait pas lui faire d’effet Quelque peu déçu, je m’apprêtais à ressortir lorsque deux nanas sont entrées. Comme c’était assez rare de voir deux filles ensemble, cela a attiré mon attention. En effet, il est plus courant de croiser des hommes seuls et des couples Je les ai suivies du regard puis je me suis planqué à l’angle d’une vitrine lorsqu’elles se sont arrêtées devant le rayon des sextoys. Je voulais les mater et me rincer l’œil car elles étaient fichtrement appétissantes. Pas très grandes, environ 1.60m, habillées d’une robe légère qui laissait deviner leurs cuisse fuselées par transparence, elles étaient très brunes de peau avec des cheveux très noirs tombant sur les épaules. Je ne ...
     sais pas pourquoi j’étais attiré par ces deux femmes car contrairement à mes goûts pour des poitrines bien rondes, ces deux là n’avaient qu’un relief à peine prononcé Ensuite, elles se sont dirigées vers le rayon de lingerie et avec l’aide d’une vendeuse, elles ont choisi quelques tenues pour aller les essayer dans une des grandes cabines situées à proximité. Je me suis glissé dans celle d’à côté en espérant le mater à moitié nues entre les rideaux mais je n’ai pu que les entendre parler dans une langue étrangère : c’étaient deux touristes Je pensai immédiatement que j’avais peu de chance de les emballer car je ne parle que quelques bribes d’anglais assez rudimentaires et là, il me semblait reconnaitre la langue de Cervantès Je quittai ma cachette et je retournai au rayon de la lingerie coquine. Lorsqu’elles sont ressorties, la vendeuse a récupéré les parures choisies et entrepris de ranger les autres. Quelle n’a pas été ma surprise de les entendre, cette fois, parler français certes avec un accent prononcé, mais en FRANÇAIS ! J’ai tenté ma chance en leur disant qu’elles avaient bien choisi et que cela devait très bien leur aller. Surprise : celle qui m’a semblée la plus délurée m’a répondu : • Si tu veux on les essaie pour toi ! Je leur ai expliqué que nous serions plus à l’aise dans une des love room de l’étage supérieur en leur expliquant ce qu’étaient ces petites chambres vers lesquelles je les ai guidées en les prenant pas la taille. Je sentais avec bonheur nos hanches ...
«123»