1. Marie - Ange & Démon (2)


    Datte: 14/03/2019, Catégories: Partouze Auteur: FredM,

    garées à Callelongue notre point de stationnement. Malgré l’heure matinale, de nombreux randonneurs sont en train de se préparer, il y a également des plongeurs et des grimpeurs. Cette fois-ci, Marie me propose un itinéraire un peu différent, au lieu de longer la côte par le sentier des douaniers, nous montons directement vers les sommets jusqu’au sémaphore. Cette vigie créée sous Napoléon I, en cours de restauration aujourd’hui, offre une vue splendide sur la baie. Mais la vue se mérite, il faut monter à plus de 100 mètres pour redescendre ensuite. Nous sommes seuls, nous voyons une cohorte de touristes serpenter au loin le long de la côte. J’en profite pour l’attraper et passer mes mains sous sa jupe, elle se laisse peloter le derrière pendant que je l’embrasse longuement, je baisse sa culotte et empoigne ses belles fesses. Elle me repousse brusquement alors même que je suis en train de la déculotter. Je n’avais même pas remarqué qu’un groupe s’approche. Je me baisse vivement pour ramasser le minuscule morceau de tissu qui est resté coincé entre ses chevilles. Ils nous entourent alors que j’ai encore sa petite culotte dans la main, une petite culotte assortie à sa robe. Une culotte noire à gros pois blancs que je fais rapidement disparaitre dans ma poche. Ils ont tous dégainé leurs smartphones pour immortaliser le paysage absolument magnifique qui s’offre à nos yeux. Je suis à peu près certain que plusieurs d’entre eux nous ont mitraillés pendant que je lui baissais la ...
     culotte. Au lieu de me refroidir c’est l’inverse qui se produit et mon excitation monte encore d’un cran. Je n’arrête pas de bander. Nous avons repris notre marche et cela me gêne, le frottement du tissu n’arrange rien. Marie est passée devant moi, elle se retourne régulièrement, riant de voir la grosse bosse qui déforme de plus en plus mon short. Elle ne fait aucune remarque, mais je suis certain que cet épisode l’a elle aussi bien émoustillée. La descente est de courte durée, nous rejoignons le sentier côtier et la foule des touristes. Cela m’excite de savoir qu’elle est cul nul et même maintenant complètement nue sous sa robe. Elle ne porte pas de soutien-gorge, j’ai encore la sensation de ses tétons s’écrasant sur mon torse lorsque je l’ai embrassé en la serrant très fort au moment où nous avons été surpris. Arrivés à la hauteur de la calanque de la M . Marie est prise d’une envie pressante. Nous nous écartons du sentier principal en suivant au hasard une des centaines de traces qu’utilisent les lapins et surtout les sangliers. On improvise sur un chemin incertain, indistinct, qui monte vers les falaises. Dès les premiers buissons, Marie a de plus en plus envie de faire pipi. Nous sortons à grand-peine d’un fouillis de chênes kermès terriblement piquants. Elle s’accroupit aussitôt au pied du premier pin torsadé qui trône au milieu d’un petit espace dégagé. Sans plus se soucier de ma présence, elle se lâche bruyamment en soupirant. Je ne la quitte pas des yeux, la regarde et ...
«1234...7»