1. Marie - Ange & Démon (2)


    Datte: 14/03/2019, Catégories: Partouze Auteur: FredM,

    commence à la caresser alors qu’elle est toujours accroupie en train de se soulager. Visiblement, elle ne sait quelle attitude adopter. Clairement la situation n’est pas désagréable pour elle, même si elle est un peu honteuse. J’avoue que son geste me surprend lorsque pour se sortir de l’embarras elle plonge son visage vers mon entrejambe en prenant ma queue dans sa bouche. Enfin, façon de parler, car elle tient tout juste le bout de mon gland serré entre ses lèvres. J’attends qu’elle me la sorte entièrement avant que de lui demander d’enlever complètement sa robe. Elle se relève légèrement pour s’exécuter puis ne sachant trop que faire, elle me là tend. Je la mets immédiatement dans mon petit sac à dos que je viens de poser à terre et lui demande autoritairement de reprendre sa position accroupie, jambes écartées, complètement nue cette fois-ci. Elle s’exécute. Je sens alors que c’est presque gagné. Marie est soumise. Provisoirement tout au moins. Je sais que je ne dois rien brusquer. J’ai plein de projets pour elle. Pour l’instant, elle se contente de me tripoter les couilles, mais je sens qu’elle en a envie. D’un seul coup, je lui attrape les mains, la fait se dresser et se retourner. Je lui colle mon petit sac à dos contre la poitrine et la plaque contre le petit pin tout tordu. Je l’attrape par la nuque, lui fais tourner la tête et l’embrasse sauvagement en cognant mes dents contre sa bouche. Je mets ma grosse matraque tout contre son derrière et je l’entoure avec ...
     l’arbre de mes bras. Elle se met à trembler très fort. Je sens qu’elle est toute ouverte. Je pousse la tête de mon sexe et mon gros gland commence à rentrer sans le moindre effort. Elle gémit. Je lui parle à l’oreille en lui disant que tout va bien, que c’est bon. Elle confirme par un tout petit oui. Ça rentre, ça rentre et ça n’en finit pas de rentrer. Elle a mis son poing dans la bouche et se retiens pour ne pas crier. Je m’arrête un instant en sentant que cette salope vient de passer une main par en-dessous pour me caresser les couilles. Je l’attrape alors par les hanches et recommence à pousser. Tout doucement en m’aidant de petits coups de reins secs. J’enfonce ma queue au plus profond de son ventre. Je m’arrête régulièrement pour la laisser reprendre son souffle. Abandonnant mes couilles, elle passe maintenant sa main entre mon ventre et ses fesses pour constater que je ne suis encore rentré que de la moitié. Je sais que Marc l’a beaucoup plus petite. Je comprends qu’elle aime ma grosse queue. Que ça l’excite. J’entends comme dans un souffle un simple et timide : "Oh que tu es gros Fred". Sans encore aller plus loin, je commence un lent mouvement de va-et-vient, ressortant ma queue presque complètement et la rentrant de la moitié de la longueur avec puissance. Je vois combien elle apprécie ma grosseur et que maintenant elle attend la suite. Je lui dis : — Et tu aimes que je te la mette bien grosse ? Comme elle ne répond pas, je recommence par un : — Allez dis-le que tu aimes ...
«1...345...»