1. Henri et Patrick, un air de famille (2)


    Datte: 14/03/2019, Catégories: Partouze Auteur: mlkjhg39,

    Je crie, mais je veux le prendre tout entière au fond de mon cul. - Ah ! Tu me déchires ! Je sens sa bite monstrueuse entrer toute entière dans mon petit trou du cul et ses couilles buter contre mes fesses. J’ai pris sa belle queue toute entière dans mon cul, il faut dire que j’ai l’habitude avec le chibre de Patrick. Il commence à m’enculer à grands coups de bite. Je sens son énorme pieu défoncer mes intestins, je jouis comme une salope en criant. — Aaaahh! Qu’elle est grosse! Encule-moi comme une salope! Défonce-moi le cul! Casse-moi le cul! Il me sodomise comme un fou et m’empale sur sa gigantesque teub en me promettant. — Tiens, salope! Prends-toi çà dans ton cul! Aaahhh ! Je vais jouir dans ton cul! Patrick me redresse pour m’embrasser à pleine bouche, puis me demande d’écarter les cuisses, place mes bras de chaque cotés de sa tête, plie les jambes et commence à introduire sa queue dans mon con, je le regarde guider son membre dardé, il approche le gland dans le repli humide de ma chatte et l’y engouffre. La position est acrobatique mais la longueur combinée de leurs phallus permet la chose. Il demeure immobile ne terminant pas l’intromission, tout à coup je l’enlace, engloutissant d’un trait toute la longueur de la pine majestueuse, Patrick rugit et se met à limer ma chatte. Je recommence à gémir, serre mes jambes autour des reins de Patrick, le retenant au plus profond de moi, solidement agrippée, balançant les reins à un rythme régulier. Je pousse un grand cri à ...
     mi chemin entre la douleur et le plaisir -Noooonnnn, arrêtez .. Ohhhh, huuummmmm . Je suis maintenant comme un pantin désarticulé ballotté dans tous les sens. Deux colonnes de chair majestueuses me remplissent totalement les deux orifices. Je crie si fort que l’on peut m’entendre à plusieurs centaines de mètres. Je suis ruisselante de sueur et à moitié dans les vaps me faisant prendre par deux mâles qui se servent de leur musculature imposante pour profiter de mon corps et de mes charmes. Je fais mine de me débattre avec les maigres forces qu’il me reste, je prends un pied comme jamais, la sensation de ces deux défonce-cul taille XXL séparés par une fine paroi de chair est incroyable. Mais c’est peine perdue, je me retrouve prise en sandwich entre deux énormes queues ! Une double pénétration qui me mène jusqu’à l’orgasme. Ils me baisent, me pinent avec violence, et je jouis si fort. Leurs bites sont extraordinaires, la queue d’Henri a la même dureté incroyable que le sexe de Patrick et il a aussi la même résistance. Pendant 10 minutes, je ne mets plus un pied par terre. Ils me portent me faisant déguster dans chacun de mes trous leur pieu de chair, un coup dans la chatte, un coup dans le cul. Je hurle quand soudain Henri se retire de mon anus et présente sa verge à l’entrée de ma chatte déjà pleine. Il dirige de la main sa queue contre celle de Patrick et l’introduit avec difficulté dans mon vagin qui manque d’exploser sous l’intromission simultanée de ces 2 obélisques qui ...