1. Chap 27 : Les confidences d'Amélie. (Fin)


    Datte: 19/03/2019, Catégories: Anal Hardcore, Humour sexuel,

    C'est à la sortie du collège en fin d'après-midi que la belle Amélie retrouve Marie la frivole, qui l'attend de pieds fermes devant le portail métallique.Bras dessus, bras dessous, elles se dirigent d'un pas franc vers la station de métro en bavardant.Marie est d'humeur taquine.- Tout l'après-midi, j'ai repensé à ton histoire, j'ai essayé de m'imaginer la suite.- Impossible que tu trouves.- Ha bon? C'était si spécial que ça?- Pour moi oui.- J'ai hâte de connaître le dénouement.- Je ne dirais plus rien avant d'être à l'appart.Assise dans le métro, notre protagoniste songe à sa rupture, à ses 6 mois de relation avec un homme qui lui a menti, qui ne l'a pas respecté. Il y a de la colère en elle, mais cette colère s'évapore lorsqu'elle se rend compte que si elle n'était pas sortie avec Greg, elle n'aurait jamais rencontré Christophe, elle n'aurait jamais connu ce bonheur, cette passion, ce désir de jouir qui l'anime tant. C'était en quelque sorte un mal pour un bien.Sa collègue l'interrompt dans ses rêveries.- Au fait, tu as répondu à son texto?- Oui, j'ai écrit que je pensais également à lui, que j'étais heureuse d'avoir vécu tout ça avec lui et que j'aimerais trop le revoir.- Ca me fait chier pour toi, qu'il ne soit pas dans le coin.- Ouais c'est ça, tu aurais essayé de me le piquer, sourit-elle.- Mais non, je ne suis pas comme ça. Et même si je le trouve mignon, tu sais bien que je préfère les blacks et les rebeus. En tout cas, ne t'en fais pas, tu vas vite l'oublier. Tu es ...
     célibataire, belle comme un cœur, tu trouveras très vite un autre beau gosse qui te fera le même effet.- Je l'espère, mais je ne suis pas pressée, je vais continuer de rêver un peu.En attendant ce jour, Amélie sait qu'elle pourra compter sur son amie pour s'éclater.Les deux jeunes femmes ôtent leurs souliers en entrant chez Amélie, qui propose une coupe de pétillant à son amie. Elles trinquent ensemble à la nouvelle vie de la célibataire et s'agenouillent toutes les deux face à face sur le canapé clic-clac. Marie la charrie un peu.- J'espère que ce n'est pas ici que vous avez niqué.Amélie rougit encore en souriant, muette.La blondinette blague de nouveau:- Oh merde, j'espère que je ne me suis pas assise sur des tâches de sperme.- Ca ne risque pas, je te rassure.- Bon alors, raconte-moi, vous vous êtes embrassé et ensuite?Amélie désigne du doigt, l'endroit du salon où ils se trouvaient deux jours plus tôt.- On était là, tous les deux debout, on s'embrassait avec la langue, on se caressait, j'étais de plus en plus excitée. Il était torse nu et j'ai commencé à défaire son pantalon précipitamment. Il l'a enlevé pendant que je retirais ma robe. J'avais bien fait de mettre un bel ensemble dessous, ça lui a beaucoup plus. Quand il m'a vu en soutif et tanga, il était stupéfait. Il m'a dit que c'était très sexy, que j'étais belle, que j'avais un corps sublime.- Il n'avait pas tort. Il devait bien bander.- Hihihi, oui, il y avait une belle bosse dans son boxer. Ensuite, on s'est enlacé, ...
«1234...»