1. COLLECTION SOUMISE. Fille de (7/15)


    Datte: 19/03/2019, Catégories: Entre-nous, Hétéro

    Mariane franchit les étapes roulant à la vitesse d’un TGV pour rejoindre la gare qui verra sa déchéance permettant à mes amants de renverser les convictions de son père. Quel père resterait droit dans ses bottes sachant que la vie de sa fille unique se retrouvera sur Internet sur des sites porno montrant les images que j’ai réussi à tourner depuis que je suis entrée chez elle, alors que comme moi, je la sens capable de devenir une petite chienne lubrique. • C’est bien d’avoir sa propre voiture, mon père refuse de m’en offrir une, il dit que je m’en payerais une quand j’aurai fini, mes études et que j’aurais un travail, pour lui toute envie demande sacrifice. • Regarde cette voiture, c’est Pierre, mon amant qui me l’a offerte pour Noël, après m’avoir offert mon permis. • Pour moi, il est hors de question de coucher pour de petits cadeaux. • Petits cadeaux, une voiture ainsi que le permis, tu rigoles. Nous éclatons de rire. Arrivé à Strasbourg, je trouve à me garer dans un parking près de la cathédrale, è deux pas un salon de coiffure est ouvert. • Pouvez-vous relooker mon amie, faite lui une tête mettant en valeur sa beauté et ses affaires que je viens de lui acheter. Elle la prend en main, par chance, les clientes sont rares après les fêtes. • Josy, allez sur la place nous chercher des verres de vin chaud pour nous et nos clientes. Il faut en profiter, ils enlèvent les baraques du marché de Noël, ils laissent celle qui fait du vin chaud jusqu’au dernier moment, il faut en ...
     profiter. La petite shampouineuse qui doit avoir seize ans et en apprentissage revient avec un plateau, Viviane la patronne, son nom étant son enseigne, fini son brushing et libère Mariane pendant que les gobelets fumants refroidissent. • C’est bon, qu’y a-t-il dedans ? • Je sais qu’ils mettent des épices, de la cannelle, mais pour le reste je me contente de le déguster, allez demander au père Antoine, ça fait cinquante ans qu’il vend son vin chaud, il sera honoré que vous le félicitiez, il vous confiera peut-être son secret. • Vous connaissez une boutique de qualité où nous pourrions trouver des manteaux chauds pour mon amie, le sien est passé de mode. • N’y a-t-il jamais eu de mode pour ce genre de manteau, ma grand-mère en portait déjà quand j’étais jeune. Après avoir été voir le père Antoine dans son chalet, vous ne pouvez pas le louper, on dirait le père Noël avec sa grande barbe blanche, vous remontrez la rue piétonne et irez à la boutique du cuir, mais c’est assez cher, dit à Édith que vous venez de ma part, elle vous fera une petite remise. Nous quittons le salon de coiffure, nous traversons la place et trouvons Antoine, le premier verre de vin chaud me rend guillerette, une image me traverse l’esprit, le vieux monsieur de plus de soixante-dix ans baisant Mariane dans sa cahutte en bois alors qu’il a baissé le panneau de nuit et que je les filme. Ma copine dépucelée sur ce qui reste du marché de Noël, par le père Noël en personne, aurais-je réussi à faire des images ...
«1234»