1. COLLECTION LESBIENNES. Gladys (5/6)


    Datte: 20/03/2019, Catégories: Entre-nous, Hétéro

    Ce texte est un cadeau de Noël et de fin d’année pour mon amie Florence27 la reine des textes lesbiens et Olga T qui nous régale avec ses textes du passé. Notre vie s’accélère depuis que nous sommes venues à Bordeaux, pour preuve, Gladys, la patronne de Clément, mon mari, vient de me prêter une voiture et après m’avoir emmené dans les vestiaires de son club de tennis me broute le minou. Je lui mets la pâtée au tennis, mais elle trouve des excuses persuadées qu’elle me battra la prochaine fois. De retour à la maison, je retrouve ma famille, au matin, je prépare le petit déjeuner de Clément, quand mon portable sonne. • Ophélie, as-tu bien dormi, moi comme un nourrisson crevé par sa venue au monde, j’ai rêvé de toi et à ta langue. • C’est bien. • C’est tout ce que tu as à me dire, j'ai envie de chanter. • C’est bien. • Chérie, à qui réponds-tu, qui t’appelle de si bonne heure ! Je bouche le micro de mon portable. • C’est Gladys, ta patronne. • Soit aimable avec elle, je suis sûr un bon plan avec Lucien, je ne voudrais pas tout perdre, car tu l’aurais braqué. Je lui fais signe de ne pas faire entendre sa présence. • Je vois, tu n’es pas seul, Lucien vient de partir, si tu savais, je suis nue au bord de ma piscine, mon employée vient de me servir mon café, je te rappelle dans une demi-heure, il m’a dit en partant qu’il avait rendez-vous avec Clément, il va donc partir d’ici peu. Elle a raison, je raccroche et Clément me prend dans ses bras. • Ma belle salope, toujours nue sous ...
     ton peignoir, si je n’avais pas rendez-vous à la boîte, je crois bien que je t’en mettrais bien un petit coup, soit raisonnable, Clément, laisse cette jolie femme aller s’occuper de ses enfants, ce soir tu ne perds rien pour attendre. Il me quitte, j’entends sa voiture démarrer, les filles se réveillent et ma tranquillité avec elle, j’oublie de rappeler Gladys. • Ophélie, j’attendais ton coup de téléphone, j’ai regardé mon portable toute la matinée, tu me boudes. • Non, j’ai fait mon travail de maman, je suis anxieuse, Lucie n’est pas rentrée et je n’arrive pas à la joindre sur son portable. • Petite fille, petit problème, grande fille • Je connais la suite, Gladys, • Si tu veux, je peux aller voir chez mes voisins, voir si elle est avec Alexandra, je lui dirais de t’appeler. • Je ne voudrais pas te déranger. • Après ce que nous avons fait hier et que je suis prête à recommencer, je te dois bien ce petit service, le seul problème, c’est que je n’ai pas encore choisi quel tenu mettre aujourd’hui. Ma bonne ne doit pas avoir lavé la tenue que j’avais hier, je vais faire une exception, fait moi confiance, je te rappelle. • Marthe arrête d’ennuyer ta sœur, vous n’avez jamais eu de fessée, mais cela pourrait venir. Je me rends compte que je suis chamboulé pour promettent des fessées, que je ne donnerais jamais à mes filles, même s’il m’arrive d’aimer que Clément me claque les fesses quand il me prend en levrette. Heureusement, elle se calme et je peux attendre le coup de téléphone ...
«123»