1. Mon italienne rencontrée en boîte, suite et fin


    Datte: 21/03/2019, Catégories: Entre-nous, Hétéro

    Je suis au bureau et mon téléphone personnel sonne : numéro inconnu. Dans le doute je décroche, c'est Federica, l'italienne rencontré en boîte trois semaines plus tôt et dont je n'avais eu aucune nouvelle. Elle m'explique qu'elle a été agressée et me demande si je peux l'emmener aux urgences ! D'un bond je quitte le boulot, la récupère à la crèche dans laquelle elle travaille hors saison de Kitesurf (elle est instructrice) et file aux urgences. Sur le chemin, je lui demande naturellement ce qui lui est arrivé. Elle me raconte donc sa mésaventure : c'est son ex, celui de la boîte, qui est aussi son voisin, qui a mal pris d'être rejeté et lui a porté un coup violemment dans les côtes la veille... Elle m'a demandé à moi car elle ne voulait impliquer aucune de ses connaissances. Je passe donc une partie de la soirée avec elle aux urgences, où elle pose souvent sa tête contre mon épaule et prend ma main, en me remerciant d'être là pour elle. Après le moment passé ensemble, je lui dois bien ça ! La discussion dévie assez vite sur notre rencontre, elle m'indique en rougissant qu'elle avait ses règles à ce moment là, d'où la sodomie et uniquement la sodomie. Je lui avoue que j'avais adoré le moment sous la douche, mais que j'étais resté sur ma faim car j'aurais voulu que ça dure ! Elle rit, c'est déjà ça. Les résultats tombent : pas de côte cassée, et elle repart avec des antidouleurs et une crème pour l'hématome. Lorsque l'on arrive dans sa rue, elle me demande si je peux la ...
     raccompagner jusqu'à sa porte car elle craint de recroiser son agresseur, j'accepte, mais lui dit que j'ai bien envie d'aller sonner chez lui pour lui faire passer l'envie de cogner une fille ! Elle me supplie de ne rien faire, que c'est son histoire et que cela ne me regarde pas. Après tout, elle est indépendante, sure d'elle et semble plutôt forte, puis elle ajoute en riant qu'elle est italienne et que chez eux, les histoires d'amour sont passionnelles... Ça ne me convainc qu'a moitié. Arrivés à sa porte, elle m'embrasse, mais avec une sorte de tendresse et de douceur que je n'ai que rarement connu dans un baiser. Puis elle me demande d'une toute petite voix fragile « tu peux rester avec moi cette nuit ? » Sans un mot j'entre chez elle. Nous commandons quelque chose à manger, puis elle me propose de mettre un film qu'elle veut me montrer, la soirée s'annonce calme. Après avoir mangé et regardé les trois quart du film en tout bien tout honneur, elle se penche contre moi puis m'embrasse de nouveaux comme sur le pas de sa porte, très vite, j'ai envie d'elle, mais pas comme l'autre fois, pas comme sous la douche où c'était animal et rugueux. J'ai envie de lui faire l'amour, de la réconforter... Je la prend par la main et l'amène à la chambre, puis la déshabille tout doucement, en embrassant et léchant les parties de son corps qui s'offrent à moi, elle sent divinement bon, ses seins sont fermes, ses fesses rebondies et son visage d'ange la rend tellement attendrissante. Je l'allonge ...
«123»