1. Hélène : la rupture 1ére partie


    Datte: 23/03/2019, Catégories: Entre-nous, Hétéro

    La rupture. Je suis gelée. J'ai froid, malgré mon épais manteau et ma toque. Nous sommes à quelques jours de Noël, et je suis seule, au milieu de la foule qui fait ses emplettes pour les fêtes. J'ai quitté Pierre, j'ai rompu. Vous croyez peut-être que nous formions un couple idéal, fusionnel. C'est vrai, mais nous sommes comme les autres. Quelquefois, nous nous disputons et parfois sévèrement. C'est arrivé, il y a trois mois environ, pour un sujet futile, dont je ne me souviens même pas, Je fais la gueule toute la journée. Le soir, je me couche en l'ignorant superbement et j'ai éteint la lampe de chevet. Je sens une main se poser sur ma taille, elle glisse vers ma hanche, elle approche de ma fesse. Paf, je plaque une grosse claque sur ses doigts, il se retire. Il n'y aura pas d'autre tentative cette nuit. Le dimanche passe, je suis toujours fâchée, mais pas Pierre, qui pourtant reste distant. Et le soir, nous couchons, dos à dos. Pas de main baladeuse. J’attendrai toute une partie de la nuit, mais rien. Et une fierté mal placée m’empêche d’aller vers lui. Il semble bien dormir, la régularité de son souffle apaisé m’énerve. Quand je me réveille, il est déjà parti au travail comme tous les lundis Dans la cuisine, je trouve mon petit déjeuner déjà prêt, comme s’il ne s’était rien passé. Je suis à cran. Je m’habille et sans réfléchir, je jette mes affaires dans des valises, des cabas, n’importe quel sac fait l’affaire, je charge ma voiture. Au moment de partir, je jette un mot ...
     sur la table de la cuisine : « Ne m’appelle pas ». Voilà comment j’ai fui mon bonheur. Avec le recul, je sais à quel point, j’ai été stupide, mais je n’arrive pas à faire le premier pas. En fait, j’espère tellement qu’il va réapparaitre comme la première fois qu’il m’a séduite. Dans ces séparations, il y a toujours des bonnes copines pour te remonter le moral. Enfin elles t’enfoncent plutôt. Françoise par exemple, limite perfide : « Mais alors, Il est de nouveau sur le marché ». En moi-même, je ricane « ma pauvre, tu crois qu’il va s’intéresser à une maigrichonne comme toi, dont le cul ne peut servir qu’à s’assoir, et qui crie dès qu’elle se pique avec une aiguille à coudre. » Ou Marie Sophie « Tu crois qu’il a quelqu’un » J’ai failli lui répondre « Tu crois qu’il va te regarder avec ton look de dame patronnesse qui fait le catéchisme », puis d’un coup, je perçois le danger. Mon pervers préféré est bien capable de s’attaquer à elle, uniquement pour le plaisir de débaucher cette bigote. Et puis elle a un beau cul : ça ne m’étonnerait pas de mon ex qu’il l’oblige à aller à la messe sans culotte, ou pire encore avec un bijou où je pense. Trois mois sans homme. Deux ou trois m’ont approché, au début, mais avec aucun, je n’ai senti passer le courant, je les ai repoussés poliment mais fermement. Et puis il y a eu le représentant en mercerie. Il passe environ deux fois par an pour me montrer les nouveautés. C’est un petit monsieur, âgé, propre sur lui, à l’ancienne avec costume et ...
«1234...7»