1. Telle paire... tel fils. (1)


    Datte: 24/03/2019, Catégories: Partouze

    - Jules. Qu’est-ce que vous faites ? Si vous croyez qu’il suffit de vous abriter derrière la paillasse et l’écran d’ordinateur pour ne pas suivre le cours, vous vous trompez ! Montrez-moi ce que vous avez dans la main ! - J’crois que ça va pas vous plaire M’dame! - Apportez-le moi tout de suite ! Je vais le confisquer et le porter chez Monsieur le responsable de la vie scolaire ! - Ça va pas bien être possible ! A côté, Arnaud, mon pote est écroulé de rire. Il va se pisser dessus. Tous ceux qui peuvent me voir sont pliés en deux sauf cette petite bourgeoise de Joséphine avec sa jupe plissée bien stricte, qui a posé sa main devant sa bouche en faisant un "Oh" scandalisé pendant que son visage de sainte-nitouche est devenu rouge comme une voiture de pompiers. - Amenez-le moi tout de suite ! - J’peux pas M’dame Elle dégringole de l’estrade et dévale l’allée à toute allure avant de stopper net devant moi. Elle, c’est Madame Légoustane-coronesse, ma prof de SVT. Elle est jeune, peut-être 24 ou 25 ans, cinq ou six de plus que moi. C’est une rouquine très sombre, à gros seins qui débordent littéralement de chemisiers ajustés trop petits ou de t-shirts qui offrent une vue plongeante sur cet attirail provoquant. Sa mini-jupe est à l’envie, une envie qu’elle communique. Un bout de tissus au ras de la joie de vivre. Si elle se penche, on voit la culotte ! Si elle s’assied sur sa paillasse, qui est plus haute que la nôtre à cause de l’estrade, on devine la patte de chameau enfouie ...
     derrière les bourrelets de ses grosses cuisses. Et Si elle écarte un peu, on suppose sa toison derrière le très léger écran de dentelle. Elle en fait exprès j’vous dis. Elle me fait bander et penser à une nana que j’ai vu dans un film de cul. J’ai montré le film à Arnaud, mon meilleur pote avec qui je partage tout. On est comme deux frères. D’habitude on se met au premier rang pour mieux voir sa touffe quand elle s’assoit ou son cul qui roule quand elle écrit au tableau. Parfois elle se hisse sur la pointe des pieds, la jupe remonte. On voit la culotte. Tous les mecs sont en chaleur. Le cours de SVT n’est que rut et bandaisons. Mais aujourd’hui, on s’est mis sur la dernière rangée, justement pour que je montre les images à Arnaud. Il les as déjà vu. On a maté ce boulard ensemble mais il ne se souvient plus. J’ai ouvert la clef USB, j’ai démarré la séquence où la grosse se déloque. Par un fait du hasard, l’actrice porte un T-shirt de la même couleur que celui de la prof et il ne peut pas être plus moulant. On dirait que ça va éclater ! La similitude m’excite. L’érection est immédiate et depuis dix bonnes minutes, je me pignole. Elle a sans doute cru, que ma main tapotait sur l’écran de l’iphone. J’ai un bien meilleur jouet à tripoter. Arrivée devant moi, Madame Légoustane-coronesse découvre donc d’abord ma grosse bite que j’ai sortie du survêt et que je suis en train d’astiquer lentement. Elle considère le zob trop longtemps pour que je n’y vois pas une marque d ’intérêt ou de ...
«1234...»