1. Le nouveau Mâle dominant (1)


    Datte: 24/03/2019, Catégories: Partouze

    L’histoire que je vais vous raconter m’est arrivée l’année dernière. J’ai déjà connu des garçons et je dois dire que je n’en garde pas un excellent souvenir et depuis je suis peu encline "aux choses du sexe". J’ai aussi un frère qui lui n’a pas beaucoup de succès auprès de la gente féminine car il n’est pas très beau. Le problème, c’est que, comme je suis une fille plutôt jolie, je suis souvent invitée et mon frère jamais. Ce soir-là, j’étais invitée chez un copain qui fêtait son anniversaire et je lui avais donné comme condition à ma présence que je vienne avec mon frère. Je vous conte donc ce qu’il s’est passé. Avec mon frère et moi, nous sommes dix filles pour six gars. Gâteau d’anniversaire, bière et autres alcools, musique et flirt. Le truc habituel, quoi ! La soirée avance et nous nous retrouvons autour de la piscine. En cette fin du mois d’août, l’air est suffocant, inclinant au bain de minuit. Mais il n’y a pas que la température qui chauffe à blanc les esprits et les corps de tous ces jeunes avides de mordre à pleines dents dans leurs sexualités exacerbées. L’alcool et la musique amènent doucement tout ce beau monde à laisser tomber tous leurs tabous (s’ils en avaient). J’ai une petite revanche à prendre avec deux des garçons et avec certaines pimbêches qui me narguent avec leur fric depuis des mois. Je ne bois pas et demande à mon frère de ne prendre que du jus de fruits. C’est lui l’arme de ma vengeance et je veux qu’il ait tous ses moyens. Je regarde d’un regard ...
     froid la scène pitoyable de ces richards bien éméchés. Des mains baladeuses commencent à se glisser sous les robes ou caresser des seins. Certaines palpent ouvertement des fesses rebondies. La transpiration coule à flots et ce qui devait arriver arriva. Un des garçons pousse à l’eau une fille et plonge la rejoindre. En moins de cinq minutes, tous les autres se dénudent entièrement et se glissent dans la piscine malgré quelques rebuffades de certaines filles. Bien sûr, Paul et Jean, ces deux petits cons, font les malins et se débrouillent pour se pavaner en bandant devant les filles, prenant bien soin qu’elles admirent leurs machins avant de plonger. Lydia demande à mon frère pourquoi il ne les rejoint pas. Il lui répond qu’il se baignera plus tard car il a quelque chose de prévu avant. Elle ne sait quoi penser de sa réponse et l’oublie aussi vite. Je lui révèle enfin ce que j’attends de lui : — Tu vois le garçon qui roule des mécaniques avec sa bite ? Paul est ressorti de la piscine. Il faut bien reconnaître qu’il a une belle queue bien raide. Il se pavane comme un coq de basse-cour montrant ses attributs autour des poulettes qui sortent de l’onde. Il sait parfaitement qu’il est beau et bien foutu et je comprends pourquoi toutes les filles lui tournent autour. Je n’ai rien à leur reprocher car j’y ai succombé moi aussi. — C’est lui que je veux que tu ridiculises ! (Il faut quand même que je vous dise pourquoi j’ai voulu que mon frère soit là. Il a été souvent rejeté par ses ...
«1234»