1. L'hopital psychiatre (1)


    Datte: 24/03/2019, Catégories: Partouze

    L’Hôpital psychiatrique Je vais vous raconter mon histoire, comment tout à déraper pour moi. Mais d’abord je me présente. Je m’appelle Clémence, j’ai 22 ans, je vis en région Parisienne. L’été passé, j’étais sur les quais de Paris avec des amis en train de me détendre. On parlait de tout et de rien en buvant du vin. Au fur et à mesure que la nuit tombait, mes amis partaient. Si bien qu’un un moment on n’était plus que quatre, moi et trois autres gars, Medhi, Frank et Max. Le vin à peut-être aidé mais on est passé de conservation banale à une convention de plus en plus tournée vers le sexe. Tout en rigolant, les garçons me demandent si j’avale quand je suce. Au début je suis gênée et je ne réponds pas. Un des garçons dit qu’il est certain que je ne suce même pas. Puis un autre gars répond que je suis certainement lesbienne, cette remarque me fait sortir de mon silence : — non, je ne suis pas lesbienne imbéciles que vous êtes ! — Alors pourquoi tu ne répond pas ? dit Max — Parce que ça ne vous regarde pas ! — Allé fait pas ta sainte ni touche ! On est entre nous tu peux nous le dire, on ne va pas te juger ! Lâche Frank — Oui, j’ai déjà sucé, et oui j’ai déjà avalé ! Voilà, votre curiosité est satisfaite ? — Je ne te crois pas, dit Medhi. — Ouais moi non plus, dit Max. Prouve nous le ! — Quoi ? Vous prouvez quoi ? — Ben que tu as déjà sucé ! Répond Frank. — Ouais, poursuit Max, tu n’as qu’a sucé un de nous trois et on serra fixé. — Sucé un de vous trois ? — Ben ouais. C’est toi ...
     qui choisi. Medhi, Franck ou moi. Le vin me fait tourner la tête. Je regarde autour de moi et il n’y a plus un chat sur les berges. — Pourquoi pas. Et après vous me fichez la paix avec vos questions ? — Promis, lâchent les gars en cœur. — Bon montrez moi vos bites. Les garçons ne se font pas priés et baissent tous les trois leur short. Medhi a la plus grosse bite des trois. Elle est bien trop épaisse pour ma bouche. Max et Frank ont une taille plus convenable. Après quelque temps d’hésitation je choisis Max, parce qu’il est entièrement épilé. — Ok, Max ! Max tout content, s’approche de moi. Je me mets à genoux et commence d’abord à la prendre dans ma main. — Non, non, fit Frank derrière moi. Pas avec les mais, juste avec la bouche. Pas de triche ! — Mais — Attendez j’ai une idée, fait Medhi. Il fouille dans son sac et sort un serflex en plastique. Mets tes mains dans ton dos, ordonna t-il. Je m’exécute. Il passe alors le serflex autour de mes poignets et tire dessus. Si bien que mes mains sont collées l’un contre l’autre dans mon dos. — Et voilà, sourit Medhi, comme ça tu ne peux plus utiliser tes main, juste ta bouche. Je me remets à l’ouvrage. Je prends la bite de Max entre les lèvres, d’abord timidement, puis je lui mange le gland. J’avale ensuite sa bite. Max pousse des petits gémissements, il à l’air d’être content. Faire une fellation sans mains est quand même difficile. Mais bientôt Max prend ma tête avec ses mains et imprime des petits coups de bassin dans ma bouche. ...
«1234...21»