1. Histoire de rugbyman


    Datte: 26/03/2019, Catégories: Entre-nous, Les hommes,

    Introduction dictons " Un maul, c'est comme une partouze ; si on est mal placé, on se fait enculer ". " L'amour, c'est comme le rugby : ça commence par une touche et ça finit par un plaquage ". " Le rugby, c´est comme l´amour, il faut donner avant de prendre ". " En rugby, il y a ceux qui jouent du piano et ceux qui les déménagent ". " Le rugby, c´est le seul sport où l´on se rencontre, alors qu´ailleurs, on se croise ". " Les piliers vous êtes comme les couilles et le talonneur, c'est la bite de la première ligne ... dés que vous êtes séparés vous êtes stériles ". " Et les gars, rater un placage, c'est comme enculer un copain, ça ne se fait pas ! ". " Vous êtes venus pour brouter ou pour jouer au rugby ? " Chapitre 1 : Premier contact Alex/Enzo POV Alexandre MARTIN. Je suis Alexandre, 38 ans, 1m80 et plutôt musclé avec des abdominaux secs et bien dessinés, des biceps veineux et bien développer parce que j'aime soulever de la fonte. Je possède un fessier bien ferme et cambrer qui attire l'attention de toutes les femmes. Sans oublier un pénis de taille très honorable, dans de 18 cm, sans être Rocco siffredi, on peut satisfaire une femme. Yeux bleu azur de mon père qui est norvégien et les cheveux de jais noir mi-long et bouclé de ma mère italienne. Mes cheveux son raser sur le coter avec une coiffure fashion. Avec mes lunettes carrées, mon nez droit, mes lèvres charnues, ma mâchoire carré et ma barbe de 2 jours, je suis un homme viril et je pense séduisant. Heureux papa de ...
     deux enfants, que j'ai eu très jeune. Un fils de 20 ans, Quentin qui vit avec moi depuis seulement 2 ans et une fille de 18 ans qui vit chez sa mère. Divorcé depuis 9 ans, je n'ai jamais retrouvé l'amour. Mon divorce a été dur, ma femme a fui avec les enfants, elle m’a fait porter le chapeau pour tout ce qui n'allait pas dans notre couple et les juges lui ont donné la garde principale. J'ai toujours était un bourreau de travail, mais de là à m'accuser d'avoir négligé ma famille au lieu que j'ai toujours bossé pour eux, c’était injuste, mon ex-femme n'a jamais travaillé, j'ai survenu à nos besoins pendant 11 ans sans jamais rien lui demander et voilà ma récompense. Une humiliation publique, la perte de mes enfants, le droit de les voir une fois par mois et une pension alimentaire à verser de plus de 5 000 € par mois. Suite à notre divorce, mes relations avec les enfants sont devenues tendues, car ils m'en voulaient de trop. D'un commun accord, nous avons choisi de ne pas les forçaient à me voir. Ce fut ma deuxième plus grosse erreur, car ma femme avait déjà rencontré un homme, son professeur de gym. Il vit à ma charge et passe 24h sur 24 avec mes enfants, il a pris ma place et ma fille Emma, le considère plus comme son père que comme son beau-père. Pour elle, je suis seulement son géniteur. Il y a deux ans, mon fils s'est rebellé contre Marc, son beau-père et il a atterri chez moi. Je vis dans un quartier résidentiel du centre de paris à deux minutes de l'arc de triomphe. Je ...
«1234»