1. Première fois à plusieurs au ciné


    Datte: 26/03/2019, Catégories: Plus on est,

    Nous sommes un couple uni, moi 48 ans, ma femme Béatrice 44. L’âge lui a donné quelques rondeurs qui la rendent encore plus sexy et je remarque souvent les regards des hommes mais aussi de quelques femmes qui se posent sur elle lorsque nous sortons. Nous avons une vie sexuelle épanouie et Béatrice m’excite comme au premier jour, sinon plus. Nous avions quelques fois parlé de pimenter un peu notre vie intime par une expérience à trois mais c’en était resté au stade de la discussion. Béatrice n’était pas très partante, je n’avais plus trop insisté. Il y a quelques mois, nous avons passé un week-end prolongé en Zeelande. Un soir, après un excellent repas au restaurant, nous sommes allés faire une ballade dans les rues de la petite cité où nous logions. Au détour d’une rue, nous sommes passés devant un cinéma X. J’ai invité Béa à y entrer et, sans doute un peu grisée par les apéros et le vin du repas, elle a tout de suite accepté en riant. La caissière nous a souhaité une bonne soirée et nous sommes entrés dans la salle de projection où le film était déjà commencé. Sur l’écran, une blonde pulpeuse se faisait ‘besogner’ par une bite de belle taille. La pénombre ne permettait pas d’y voir très distinctement mais j’ai aperçu un ou deux autres couples et plusieurs hommes seuls. Je tenais Béa par la main et je la sentais nerveuse. Je l’ai donc précédée et je me suis assis dans l’avant-dernière rangée de fauteuils, au troisième fauteuil précisément. Béa s’est assise à ma gauche et m’a ...
     sourit en regardant la scène à l’écran. Elle s’est blottie contre moi et j’ai passé mon bras sur ses épaules. J’étais moi aussi très excité par la situation et j’ai embrassé Béa tendrement. J’ai alors commencé à lui caressé la poitrine puis, voyant qu’elle m’embrassait goulûment et semblait apprécier de sentir mes mains sur ses seins, je me suis enhardi et j’ai commencé à déboutonner sa robe légère. Béa a réagi, un peu inquiète, en me disant qu’on allait nous voir. Je n’ai rien répondu et ai continué mes caresses. Deux hommes assis à la rangée avant la nôtre nous avaient repérés et étaient attentifs à mes caresses. La situation m’excitait, Béatrice avait les yeux clos et s’abandonnait. De la paume de ma main, j’ai caressé ses seins sous le soutien-gorge, titillant les mamelons qui durcissaient. De mon autre main, je continuait à déboutonner la robe de ma chérie, découvrant bientôt son torse, son ventre puis ses cuisses. Béa haletait sous mes caresses et semblait très excitée de la situation. Je n’ai su que plus tard qu’elle avait vu nos deux ‘voyeurs’ de la rangée de devant et que, elle d’habitude assez prude, était particulièrement excitée de se savoir épiée comme ça. Tout absorbé par mes caresses et mon ‘déboutonnage’ je n’avais pas vu qu’un homme était venu s’asseoir à côté de Béa et ne perdait pas une miette du spectacle que je lui offrais en déshabillant Béa. Sa robe était maintenant largement ouverte et on pouvait voir ses rondeurs charnues. Je m’enhardis davantage et ...
«123»