1. Dead end street


    datte: 03/11/2016, Catégories: bizarre, nonéro, journal, journal, Auteur: Harold B,

    Jeudi 7, 18h40 : Cela fait à peine deux jours que je suis là, mais le doute et la fatigue m’envahissent déjà. Je suis entré lundi après-midi dans cette chambre, cette petite chambre d’où j’écris, cette chambre face à laquelle ma première impression fut le dégoût. Et dès ce jour, j’ai rencontré quelques-uns de ceux qui seront mes compagnons. Mardi, tout a réellement commencé. Ceux qui nous commandent ont l’air très puissants, et très intelligents aussi. Mais l’un d’entre eux m’a semblé craintif. Et hier, encore douze heures de préparation ; c’est dur Lundi soir et mardi soir, j’ai eu un peu de temps pour sortir avec Phil et Johan. Apparemment, il faut qu’on en profite, ça ne va pas durer comme ça. C’est vraiment trop con qu’ils ne soient pas dans mon groupe, on dirait qu’"ils" ont fait exprès de nous séparer ; heureusement qu’"ils" nous ont laissé l’occasion de nous voir souvent. J’ai même pu partir hier après-midi ; je suis rentré chez nous ; j’ai vu ma mère et j’ai passé la fin de la journée et la nuit avec Marie, avant de repartir ce matin, prenant le train avec Stéphanie et Aurélie, une de ses amies. Je suis allé jusqu’au centre-ville avec cette dernière et on a bien discuté, c’était sympa comme tout. J’ai failli être en retard parce qu’il y avait eu une bombe dans une gare, encore. Quelle nuit folle ! Et puis il y a eu l’orage, ce matin, un orage comme je n’en ai pas souvent vu. J’ai mal dormi et je suis crevé. On a fini tôt, aujourd’hui encore et Marie est passée me ...
    voir ; on est allé boire un coup avec Johan et Phil. D’ailleurs celui-ci s’est éclipsé juste avant l’addition. Quel farceur ! 21h00 : Je crois que c’est aujourd’hui qu’il nous a été dit que sans une motivation forte, comme par exemple la rage de vaincre, ou la volonté du pouvoir, nous n’arriverions à rien et qu’il n’était pas la peine, le cas échéant, de continuer dans cette voie. Je ne pense pas avoir, personnellement, quelque motivation que ce soit ; je n’ai même pas de but. Il y a déjà longtemps qu’a été décidé que je viendrais ici, je n’ai pas envisagé d’autre solution. Je dois me trouver une motivation, une source, une force "Ils" nous ont encore fait nous rassembler, ce soir ; ça devient ridicule ! Encore un discours grandiloquent sur le pouvoir qui est en nous. « Vous êtes les dirigeants du monde de demain ! » Encore une bombe aujourd’hui, mais dans un supermarché, cette fois-ci ! Encore ce doute qui renaît en moi, et toutes ces secondes qui s’effacent à nouveau, qui m’abandonnent ! Je piétine Il faudra que je pense à appeler Cyril, il est à Bordeaux et il rentre demain soir. 21h45 : Je viens d’appeler Cyril, il sera absent ce week-end ; il fait chier ! J’en ai profité pour appeler Lisa ; je pense qu’on va se revoir d’ici la semaine prochaine. À mon avis, Marie va être hyper-jalouse mais elle est pardonnable, parce que Lisa est vraiment trop canon ; elle a peur qu’on ressorte ensemble Il y a de moins en moins de monde dans la rue, on voit que la semaine touche à sa fin ; ...
«1234»