1. Échangiste malgré moi (2)


    datte: 03/11/2016, Catégories: 2couples, extracon, enceinte, vengeance, jalousie, fsodo, humour, vengeance, extraconj, Auteur: Bleuet, Source: Revebebe

    Résumé de l’épisode précédent : Louis a voulu Juliette qui plaisait à Laurent. Laurent a épousé Julienne. Laurent et Juliette découvrent Louis et Julienne au lit et crient vengeance : ils se rapprochent. — Une levrette ? Dis, sais-tu que c’est une pratique du bas peuple et de femme soumise ? Je l’ai lu récemment, c’était le résultat d’une étude sérieuse faite par des spécialistes des comportements amoureux.— Il y a vraiment des spécialistes idiots ! Et puis, te prends-tu pour une princesse ? Dis-moi ce que tu préfères : que conseillent tes spécialistes ?— L’Andromaque !— Quoi ?— Il est connu qu’Andromaque, la femme du grand héros d’Homère, Hector, « chevauchait son époux » :« Chevaucher », tu comprends ? Lui dessous, couché sur le dos, la verge déployée et elle, assise sur lui, la chatte servant de fourreau à la virilité raide plantée en elle. Dans cette position, l’homme est en situation inférieure, la femme le domine et a la maîtrise du jeu. Si tu lisais un peu, tu le saurais !— Tu crois vraiment ces salades. Point n’est besoin de lire pour baiser. Tiens, avant l’invention de l’écriture, comment les hommes et les femmes s’accouplaient-ils ? Hein, c’est une colle. Bon, tu veux me chevaucher ? Va pour l’Andromaque, en selle, jolie cavalière.— Je plaisantais, on peut bien blaguer, non ? Quoique dans cette position, je peux plus facilement me chatouiller le clitoris, je ne suis pas coincée en-dessous de mon partenaire.— En levrette, tu n’es pas plus coincée, tu peux te ...
    frotter de la même manière, il te suffit d’envoyer une main par-dessous pour t’exciter le haut de la fente.— Oui, mais quand je suis sur Laurent, je peux mieux bouger les hanches, j’ai plus de liberté pour creuser les reins, pour trouver comment me pencher afin de trouver l’angle idéal pour que mon clitoris frotte ses poils. Je peux mieux régler la pression contre son pubis et le rythme du mouvement de frottement pour obtenir les sensations que je cherche.— Oublie ton cocu. Bien, grimpe là-dessus, domine-moi et règle tout ce que tu veux, pourvu qu’on jouisse. Dans le fond, ça me détendra, je me laisse faire, cool, décontracté. Et puis je verrai mieux ton corps, le balancement de tes nichons. Viens. Julienne enfourche sa monture, saisit le vit pointé vers les nuages, tâtonne, yeux au plafond, guide la tête vers l’orifice, se balance pour ajuster, un peu d’avant en arrière, un peu sur les côtés. — Voilà, hum, je me laisse descendre, ton pieu me fend en deux. Ouha ! Hum. Louis soulève la nuque pour surveiller la jonction des sexes puis écarte les bras, repose sa tête : — Tu as raison, Julienne, c’est bon. Je fais le paresseux, bouge autour de mon piquet, j’adore voir ton nombril qui tourne, tes seins qui tombent et ton visage où je lis la montée de ta jouissance. Manœuvre selon tes sensations, tu m’excites. Oui, frotte ton clito dans mes poils, mes nerfs se tendent. Tu vis autour de mon axe, tu varies les mouvements, continue. C’est fort, mais je sens que je vais durer. Ton cou et le ...
«1234...9»