1. La lune noire en taureau - Chapitre II Jane


    datte: 02/11/2016, Catégories: Plus on est, Auteur: Bleusymphonie, Source: Hds

    toujours rêvé de me voir avec un autre homme, non ? C’est bien ce que tu veux, non ? Il me plait, il m’excite, et je sais que toi aussi tu es excité. Alors tu es d’accord ? » Ton oui ne fût pas franc et massif. Le mien l’était ! Sans équivoque et le plus profond de mon intimité en portait les stigmates ! Je sentis ta main se plaquer à ma cuisse, puis remonter vers mon sexe que tu fouillais d’excitation. Tu ne pouvais avoir aucun doute sur la réalité de mes intentions tant déjà j’étais prête à la jouissance. La porte s’ouvrît. Rapidement je mis de l’ordre. Jules était magnifique, même la porte s’embrasait ! Je montais à la mezzanine pour finir de m’habiller. En fait, je devais mettre une culotte, mais finalement, je décidais de me mettre nue, enveloppée dans une serviette qui pourra éventuellement cacher quelques parties intimes au moment du massage ! Je n’y croyais pas trop ! J’entends ta voix du séjour « Bon, je vais préparer l’apéro. - Jules, veux-tu venir me masser le dos ? J’ai besoin de le détendre. » Le sourire ravageur de Jules pénétra dans la mezzanine. Je décidais de m’allonger tête vers le pied du lit, sur le ventre, ainsi tu pourrais éventuellement voir le spectacle qui s’annonçait. Je lui ordonnais : « Faites votre travail cher masseur. - A vos ordres chère Madame». Il prit les côtés de la serviette qui m’enveloppait et la plia sur mes fesses. Il versa quelques gouttes d’huile essentielle sur ses mains. Il se plaça entre mes jambes et commença à me masser le dos. ...
    «Oui, c’est bon, plus à gauche, là ». Je le guidais. Il descendait doucement vers le bas de mon dos. Puis il entreprit mes mollets mes cuisses, remontant vers mes fesses. « Un peu plus haut, encore, tu sens le point de tension ». Il était sur mon bouton qui bourgeonnait de désir. Ma vulve une nouvelle fois trempée, accueillit ces deux doigts avec délectation. Tu devais te douter de ce qui se passait. J’avais décidé de m’offrir à cet homme et j’en étais gonflée d’excitation comme jamais. J’entends : « Je sors quelques minutes sur la terrasse de l’accueil pour regarder mes mails ». Je me tourne sur le dos, je redresse mon torse. Je déshabille Jules avec frénésie, je prends sa tête et la porte vers le bas de mon ventre. Je veux que sa langue me conduise au nirvana. Offrir ma plus profonde intimité à cet homme encore inconnu il y a quelques heures, et complice avec toi de ce forfait, m’emportait vers des sommets de jouissance. Sa langue était une pure merveille. Il était difficile de résister à la vague avant ton retour Je te vois, tu es là, au coin de l’escalier, enfin je peux m’offrir totalement. Je t’envoie un dernier message. Il va me faire jouir Jim. Mes cuisses s'ouvrent à l'offrande de la jouissance, la vague de plaisir me submerge et arrache de mon ventre des cris. Un tourbillon m’emporte, j’ai l’impression de perdre connaissance. Combien de temps l’onde de choc dura ? Je n’en sais rien. J’étais sonnée par ce tsunami. Mais je n’avais pas perdu de vue la promesse gourmande ...
«1...345...8»