1. Le dîner


    datte: 20/04/2017, Catégories: fh, extracon, caférestau, cérébral, Voyeur / Exhib / Nudisme, tutu, extraconj, Auteur: Bxlblue, Source: Revebebe

    Il a l’intelligence, la courtoisie, la finesse de ne pas te traiter d’homme à homme ! De ne pas t’imposer d’emblée la trivialité de sa convoitise. Pourtant tu la devines aux regards appuyés sur le décolleté que tu as mis en travers de ses bonnes résolutions. Tu t’amuses de ces distractions qui le rendent attendrissant de vulnérabilité. Il a beau passer la commande, choisir le vin avec autorité et assurance, son ascendant de contenance se fissure à chaque bouton que tu dégrafes pour mieux respirer ce désir que tu adores lire dans ses yeux. Il garde vaillamment le cap de bonne espérance sans trop laisser voir l’optimisme que tes encouragements (dé)vestimentaires inspirent. C’est un jeu hypocrite et tu le sais bien, mais vous n’avez pas encore les intimes conventions pour le court-circuiter. Tu abandonnes des indices, des allusions, et lui les emmagasine, en fait un scrupuleux inventaire. Pas un instant, tu ne regrettes d’être venue. Tes contraintes alimentaires n’ont soulevé ni réticence, ni remarque ni croisade Un bon point pour lui. Cette décision de passer à l’acte, théâtre de tant d’émotions et née par césarienne, est la santé de faire qui incubait depuis longtemps. Et cette soirée de souffre-douceur est le piment sucré-salé qui inaugure cette ère nouvelle de plus libres-penchées. Elle renouvelle cette première foi, garantie d’origine animale, qui trop longtemps négligée derrière la tête, avait fini par n’être plus naturelle. Tu savoures ce purgatoire où la sensualité ... prend ses aises, et te prend abracadabra le corps, dans une magie d’oublis. Qu’il est doux d’être désirée, convoitée pour ce que tu es, là, maintenant, et de désirer en retour, dans cet appétit de découverte. Quelle retrouvaille, quelle réconciliation avec ce corps jamais assez parfait pour avoir grâce à tes yeux. Et quelle libération de n’être pas coupable, de pouvoir jouir d’une complicité aveugle, sans peur et sans reproche qui fera écho, tout à l’heure ou demain au plaisir que tu prends ce soir à être une femme en liberté inconditionnelle. Le romantisme plaide encore coupable en ferveur de ce trouble qui tenaille ton ventre. Une petite mise en scène de manège, respectant les codes, les rituels, met vos patiences à rut épreuve. Ton galant prend du galon en te concédant cette transition. Il prend son temps et ne risque aucun geste pour l’heure déplacé. Il attend que tu l’invites à la hardiesse d’une proposition plus explicite. Peut-être avez-vous convenu qu’elle viendrait de toi ? Ou d’un signe incontestable qui lèverait les doutes ? Curieuse, tu t’attardes un instant sur ses mains légèrement épaissies par les ans, vigoureuses, rassurantes, assez soignées et les imaginer sur toi, en toi, dans un possible incarné à distance irrespectueuse, te remplit la poitrine d’une joie sereine et le sexe d’une urgence fébrile. La guerre est finie, les tensions apaisées. Ni ta conscience, ni ton plaisir ne seront le prix à payer de ce que tu décideras désormais en plus grande liberté. Même si ...
«1234»