1. Dame Erika (9)


    datte: 20/04/2017, Catégories: Voyeur / Exhib / Nudisme, Auteur: Pikatchu, Source: Xstory

    Chapitre 9 : Le dîner-spectacle – 2ème partie LIOUBOV Les troubadours jouent un air inconnu mais agréable à entendre ; c’est Élise qui l’a appris aux ménestrels qui ont réussi à adapter sur leurs instruments d’époque le célèbre morceau de Joe Cocker, « You can leave your hat on » (l’accompagnement musical de la quasi-totalité des strip-teases, mondialement connu mais pas encore écrit à cette époque) ; c’est cette musique qui accompagnera la suite du spectacle, plus compliquée à réaliser mais qui le sera moins grâce au claret. Le retour des acteurs – qui ne passe pas inaperçu – est accueilli par des cris et un tonnerre d’applaudissements grâce à Dame Erika qui a endossé le rôle de chauffeuse de salle. Les belles, enroulées dans une immense cape au bras de leur cavalier, font le tour de la salle, remontent sur la scène ; quelques pas de danse, une sorte de valse où les couples tournoient. Entraînées par les garçons, les filles tournent sur elles-mêmes puis, au dernier tour, lancées par les garçons transformés en magiciens qui déroulent leur cape pour laisser apparaître les belles sans la chemise qui a disparu comme par enchantement. Un foulard noué sur un côté des hanches forme une minijupe transparente ; comme dessous il n’y a rien et qu’elle est fendue jusqu’à la ceinture, elle dévoile largement une partie de la fesse. Un autre foulard aussi transparent que le premier, noué entre les seins, fait office de soutien-gorge. La réaction du public est immédiate : après un nouveau « ... Waouh ! », c’est une salve d’applaudissements qui encourage la performance. Dame Erika, le regard coquin et la main baladeuse, souffle à son mari : — Alors, mon ami, cela vous plaît-il ? Le regard et les applaudissements du seigneur d’Aquitaine lui suffisent largement. Connaissant la suite, elle est ravie. Les filles s’attaquent au pantalon des garçons qui ne résiste pas longtemps à cette agression, libérant les cuisses musclée des deux sportifs ; un foulard noué en string de sumo cache leur virilité. Un « Waouh » féminin envahit la salle de banquet dont la température monte progressivement. Les plats se succèdent mais le service est lent, alors les acteurs disparaissent en courant vers les cuisines, générant un « Oh » de déception. Quelques instant après ils réapparaissent, les bras chargés de victuailles, et se lancent dans un service digne d’un grand restaurant. Le jeune couple servi en premier se régale du repas, mais surtout de l’idée de ce service surprenant. Dame Erika félicite les serveurs et serveuses d’un clin d’œil et d’un hochement de tête complice. Le service continue. Tous les hommes ont vérifié personnellement que les serveuses sont bien nues sous la minijupe ; quant aux femmes, elles se sont intéressées de très près à la qualité du string des serveurs Concrètement, quatre paires de fesses viennent de se faire peloter par plus de cinquante paires de mains. Le service terminé – du moins celui-ci – il faut préparer le numéro suivant. Un signe aux musiciens ; ils ...
«1234»