1. Aux enchères (1)


    datte: 21/04/2017, Catégories: Partouze, Auteur: Fantasy.stories.provider, Source: Xstory

    Prologue Je suis un homme qui n’a pas toujours su ce qu’il voulait. Aujourd’hui, trentenaire et bel homme, je sais quels sont mes désirs, et quels sont les siens. Nous nous fréquentons depuis de nombreuses semaines, et l’équilibre qui nous unit est d’une perfection accablante. Bien entendu, cela n’a pas toujours été le cas, mais nous avons fini par nous accorder. À tel point qu’aujourd’hui nous y sommes. Un peu comme les stars de la soirée, comme les artistes qui au théâtre attendent leur tour derrière l’épais rideau rouge, nous attendons le nôtre. Une légère musique pop/rock nous parvient de derrière le rideau. Nous sommes tous les deux stressés, et je sens sa main serrer la mienne de plus en plus fort. Je tourne alors la tête vers elle et la fixe dans l’espoir de déchiffrer ses pensées. Elle me sourit alors, et je lui rends, rassurée par l’expression nerveuse mais calme qu’elle affiche. -Tu n’as de toute façon plus le choix. -Je le sais, Monsieur, me répond-elle. Nous attendons encore un peu, la soirée est millimétrée, organisée par des personnes du milieu. Le brouhaha qui s’élève de la salle au-delà de la petite estrade d’un mètre de haut se fait plus insistant, les invités s’impatientant de plus en plus à mesure que les minutes passaient. Les lumières s’éteignent, le brouhaha se tait, le rideau s’ouvre, me révélant en compagnie de ma soumise. « Messieurs, bonsoir ! Dis-je avec entrain. » Je la vois regarder la foule, le regard et les pensées absorbés par ces dizaines ... d’hommes pour la plupart à demi nus. Je ne saurais dire si la peur prédomine son excitation ou l’inverse. Mais elle n’oubliera rien de cette soirée, ça c’est certain. - Merci d’avoir répondu présent pour cette vente événement qui sera sans doute le plus alléchant de l’année ! Les hourras redoublent, certains hommes déjà à moitié éméchés levant leur chope pour signifier leur présence. Je porte alors à nouveau le micro à ma bouche. - Je vous présente l’objet de vos fantasmes ! Nous l’appellerons Puppy, pour vous, Messieurs, car elle sera votre chienne ce soir. Enfin si vous vous montrez suffisamment convaincant bien entendu, dis-je dans un clin d’œil en montrant de la main la jeune femme qui m’accompagne. Et croyez-moi, elle n’a pas mangé depuis longtemps ! Les hommes applaudissent devant mon discours, réclamant de passer tout de suite aux choses sérieuses. Je les vois reluquer Puppy comme des affamés. Pourtant ce soir ils ne pourront pas faire les relous, ou imposer leurs choix. Elle va passer à la casserole. Aux casseroles devrais-je dire ? Je leur présente ce qu’ils voient comme un bout de viande, sur lequel je me suis extasié moi-même un instant plus tôt. Elle est grande, menue, et ses cheveux bruns et bouclés lui tombant dans le dos sont denses et sauvages. Son corps laisse rêveurs tous les hommes de l’assemblée, ses longues jambes fines enlacées de bas cubains se terminant dans ses escarpins en cuir noir de douze centimètres de haut. Elle portait un soutien-gorge en ...
«1234»