1. Avec ma femme au sauna


    datte: 21/04/2017, Catégories: Dans la zone rouge, Auteur: Jean-Pierre, Source: Hds

    -- ATTENTION HISTOIRE FICTIVE POUR LECTEURS AVERTIS -- Un matin, ma femme et moi sommes partis prendre notre séance au sauna. Il y avait déjà quelques clients. Deux hommes, un père avec son fils, qui prenaient leurs tickets devant nous. En quittant la caisse le père jeta un coup d'œil appuyé sur les jambes bronzées de ma femme dont la courte jupette découvrait une grande partie. L'hôtesse nous prévint que nous serions quatre dans le sauna avec ces deux clients. Ma femme avait l'air bien embêtée. En nous dirigeant vers les vestiaires, elle m'expliqua qu'elle n'avait pas pris son maillot de bain. Je la rassurai en lui disant que moi non plus et que dans le sauna le port des sous-vêtements sont autorisé. Nous étions devant la porte du sauna, en peignoir. Les deux hommes étaient déjà en place. L'hôtesse nous fit entrer et la température commença vite à monter. J’enlevai mon peignoir comme les deux hommes et nous nous retrouvâmes en slip. Ma femme hésita un instant et fit de même après que je lui eus lancé un regard d'encouragement. Elle ne portait pas de soutien-gorge et sa superbe poitrine apparut fièrement au milieu de nous. Elle est une très belle femme qui attire le regard des hommes partout où elle passe. Brune métissée, grande chevelure noire. Ses seins sont bien fermes et rebondis avec de larges auréoles brunes. Sur la plage elle est presque toujours seins nus, je vois le désir des hommes qui ne peuvent détourner les yeux. Le fils restait bouche bée devant cette jeune ... femme qu'il avait vue habillée à l'entrée et qui était maintenant offerte à ses regards, seins nus, juste vêtue d'une minuscule culotte transparente. Le père se montrait tout autant intéressé. Il commençait à faire très chaud. Cette convoitise que je lisais dans leurs yeux du magnifique corps de ma femme dont moi je pouvais disposer chaque jours à volonté m'excitait beaucoup. Je m'installai derrière elle sur le banc supérieur. Elle appuya sa tête sur mon ventre. Les deux hommes ne pouvaient détacher leurs regards des larges auréoles de ses seins fermes et rebondis. Je me dis que nous pouvions leur en montrer plus. Je me baissai et dit à l'oreille de ma femme : - Retourne-toi. - Avec ces types? Ce n'est pas possible! Tu as vu comment ils me regardent ? Ils verront mes fesses, je n'ai qu'une culotte à ficelle derrière. - Justement. Tu te retournes, tu poses la tête sur moi et tu leur montres ton postérieur on va voir leurs réactions. De toute façon c'est comme à la plage avec ton string ! - Tu es fou ! - Allez, vas-y ! Elle se leva tourna le dos aux deux hommes, s'agenouilla entre mes jambes sur le banc inférieur et se cambra afin de mettre sa tête sur mon ventre. Sa bouche n'était séparée de ma verge que par mon slip. Je la dégageai discrètement, camouflé des voyeurs par la masse noire de sa chevelure et la collait aux lèvres de ma femme, qui se mit à embrasser et me lécher le gland à petits coups de langue sans bouger la tête. Il y avait une glace en face de moi qui reflétait ...
«1234...»