1. Nadine, la vengeance d'une maman (15)


    datte: 08/06/2017, Catégories: Inceste, Auteur: rorschach2.0, Source: Xstory

    Nadine s’étire sur sa serviette, se hisse sur les coudes en grimaçant de douleur ; elle a un début de migraine et l’épiderme en feu. « Quelle idiote mais où ai-je la tête dormir en plein soleil Pourquoi Maxime ne m’a pas réveillée Où est-il passé d’ailleurs, celui-là ? » Elle le cherche mais ne le trouve pas, pivote pour s’asseoir. Elle scrute les environs avec plus d’attention, il n’apparaît pas dans son champ de vision. Elle n’a pas le temps de s’inquiéter longtemps : tout à coup, sorti de nulle part, il est là, détendu et souriant. Elle est si contente de le voir qu’elle en oublie ses griefs, mais comme elle ne veut pas qu’il s’en tire à si bon compte, qu’il s’imagine qu’elle lui a pardonné, elle prend un visage de circonstance, la mine renfrognée, afin qu’il comprenne qu’elle n’a pas digéré ce qu’il lui a fait derrière les rochers. - Où étais-tu passé ? - Oh, Maman, mais tu as vu dans quel état tu es ? - C’est de ta faute, lâcheur ! Pourquoi m’as-tu laissée toute seule ? Il baisse les yeux, bredouille une excuse bidon. « Le pauvre, il se sent responsable de mon insolation ! » Elle lui sourit, émue par sa culpabilité. Pour dire la vérité, elle n’est pas vraiment contrariée, elle est même plutôt flattée qu’il la désire au point d’être incapable de se contrôler, mais elle doit sauver les apparences ; il faut qu’il se maitrise : il y a des limites à ne pas dépasser quand ils sont en public, quand ils ne sont pas seuls tous les deux Nadine ne s’est pas rhabillée, elle ... s’est installée au volant en maillot. A la simple idée d’enfiler sa robe, elle a frissonné en imaginant le frottement du tissu sur sa peau martyrisée. Elle conduit, concentrée sur la route, mais elle ne tarde pas à s’apercevoir que son fils la mate durant le trajet. Il la lorgne ouvertement, comme s’il s’emplissait les yeux du corps de sa mère pour la première fois. - Tu n’as pas honte, Maxime ? On dirait que tu ne m’as jamais vue toute nue ! Tu pourrais au moins être discret ! - Tu es si belle, Maman Comment veux-tu que je fasse autrement ? C’est plus fort que moi ! - Tu parles ! Je dois être affreuse rouge et bouffie comme je suis ! - Mais non, tu es aussi jolie que d’habitude peut-être même davantage ! Elle ne se fait aucune illusion, a conscience qu’il la chambre, mais elle est sensible à la flatterie ; elle tourne la tête dans sa direction et lui sourit malicieusement. - Alors, vilain garçon, qu’est-ce que tu as fait pendant tout ce temps ? Pourquoi as-tu abandonné ta pauvre maman ? - Je suis allé boire un coup et j’ai rencontré un garçon très intéressant Il nous a vus, tout à l’heure - Excuse-moi Je te demande pardon ? - Il était vachement sympa, ce gars et devine ? Il est amoureux de sa mère, lui aussi ! C’est incroyable, tu ne trouves pas ? - Lui aussi ? Mais de quoi parles-tu, enfin ? Je ne comprends rien à ce que tu racontes ! Elle a parfaitement compris, mais elle n’aime pas la direction que prend la conversation ; les allusions de son fils la mettent mal à l’aise, ...
«123»