1. Avant (3)


    datte: 10/06/2017, Catégories: Lesbienne, Mature, Première fois, Auteur: zebulooo, Source: xHamster

    Je fus bien obligé, une fois reculotté, de suivre ma grand-tante à l'intérieur de la maison. Depuis le jardin il fallait monter quelques marches, traverser un perron recouvert d'une véranda puis on arrivait dans la cuisine. Elle en referma la porte assez brusquement, sans rien dire alla se servir un café. Je ne savais pas trop quoi faire, encore tout ému de l'aventure. Je ne sais pas ce qui me retiens de le dire à ta mère, elle m'a lancé. Tout d'un coup j'ai craint qu'effectivement une telle révélation n'entraîne une punition, et que maman cesse ses douces caresses nocturnes. Aussitôt j'ai senti mon sexe se recroqueviller. On a frappé à la porte, ma grand-tante est allée l'ouvrir tout aussi brusquement qu'elle l'avait refermée. C'était la voisine, je voyais ses mains terreuses et ses yeux brillants comme si elle avait bu. C'est alors que j'ai vu, à peine à trois mètres de moi, cette chose incroyable, proprement inimaginable à l'instant d'avant, celle-ci a pris ma grand-tante par le cou et l'a embrassé en bouche longuement, ne s'interrompant que pour la regarder dans les yeux, lui dire ma salope, ma salope, fais-moi jouir avec le petit, fais-moi jouir. Ma grand-tante a seulement dit : oui Germaine. Ensuite elle a passé ses mains sous l'eau, elle a ôté son tablier et l'a posé sur une chaise. Puis elle a levé les bras pour défaire son chignon, dévoilant des aisselles rousses poilues, moites, tellement odorantes que je rebandai instantanément. Compte tenu des circonstances je ... n'osai trop rien faire, ne rien dire qui pourrait jouer en ma défaveur mais ma grand-tante, se tournant vers moi et comme adoucie me dit : Assis-toi. Ses yeux, je le remarquai, étaient eux aussi devenus brillants, ils me fixaient sans me voir, presque, tandis que ses lèvres, habituellement pincées, rentraient en elles-mêmes, on n'en voyait plus qu'une fente sévère. Ce qui suivait restera gravé dans ma mémoire avec une précision de pianiste. Ma grand-tante se tourna vers Germaine, et lentement passa ses mains sous son débardeur jusqu'à ce que j'en voie les phalanges mouler la poitrine à travers le coton beige. Elle était en train de tordre ses tétons ! Du même geste elle se pencha légèrement, toutes les deux elles se tournèrent un peu afin que, à l'évidence, cela soit vu de moi, et elle vint respirer les aisselles de Germaine profondément. Ma petite salope, elle lui a dit, ma petite salope, que c'est bon. Et elle se mit à lui lécher ces touffes en grognant. Sur ma chaise, j'étais paralysé et mon sexe durci commençait à me faire mal, je crois m'être mis à transpirer, je me souviens de mes mains moites. Au bout d'un instant Germaine, qui pendant ce temps n'avait cessé de me regarder durement releva la tête de ma grand-tante par les cheveux et lui donna un long baiser, comme pour la remercier de lui avoir nettoyé les dessous de bras. J'ai bien travaillé, elle a dit en me regardant à son tour, mais maintenant on va s'occuper du petit. Ma grand-tante me demanda d'aller dans les ...
«12»