1. ROSE 2


    datte: 10/06/2017, Catégories: Entre-nous, Hétéro, Auteur: Accent, Source: Hds

    C’est incroyable, moi, jeune marié, je suis déjà jaloux. Quelques railleries de jeunes femmes et l’attitude familière de Gilles avec ma femme au retour de l’atelier de loisirs m’ont transformé en détestable flic. Pire : Rose pousse le culot jusqu’à me demander d’où je sors à une heure tardive ! Mais quand le doute s’insinue, quand le danger s’invite à domicile, un mari doit-il fermer les yeux ? Je me glisse dans le jardin, pénètre par l’arrière dans le local technique, m’assieds derrière la porte vitrée. En écartant prudemment le rideau en toile de Vichy, j’ai vue sur l’ensemble de la grande pièce. Gilles et Rose, tournés vers la lumière, me montrent leur dos. Sur un quadrillage en plastique transparent, Rose reporte les points d’un modèle, compte les carrés, place une marque, recompte, pointe à nouveau. Gilles contrôle, il la frôle, il lui tient le bras, il guide la main, il pose négligemment une main au creux des reins, il passe de l’autre côté de Rose, sa main gauche remplace naturellement la droite sur le dos de Rose. L’innocente est trop attentive à son tracé pour remarquer le subtil jeu tactile auquel le professeur se livre sur sa peau qu’il habitue à la chaleur de ses mains. Il tâte le terrain, il effleure à peine, mais il s’installe de manière permanente, fait de la sensation de présence proche et amicale une norme à l’abri d’un réflexe de défense que susciterait une attaque plus directe. Il se détache, crée un court manque de chaleur humaine mais revient aussitôt, ... se poste derrière Rose, toujours aussi appliquée, penchée sur la table, et il se penche par-dessus son épaule, passe sa tête à droite de celle de son élève, fait un commentaire assez long, la main gauche sur la hanche femelle sans réaction. C’est un travail long, minutieusement calculé et expérimenté, d’acclimatation de la proie à son prédateur. Rose ne sent-elle plus le poids de ce corps dans son dos ? Fait-elle semblant de ne rien remarquer quand, pour passer les yeux par-dessus l‘épaule, le malin se colle à elle, des fesses jusqu‘à sa nuque? Souhaite-t-elle au contraire ignorer ce contact pour pouvoir le prolonger comme s‘il était devenu indispensable à la réalisation de l‘œuvre ? Elle pose une question : l’homme se redresse, repart sur la droite et applaudit des deux mains. À l’avant du brave homme, résultat rapide de sa manœuvre d‘envoûtement par l‘encerclement, une bosse marque son pantalon de toile fine de façon bien visible depuis mon observatoire proche. Un peu de décence permettrait de mieux camoufler ses intentions. Mais il ne se sait pas observé et Rose, malgré ma mise en garde, reste sous le charme de ce compagnon dévoué qui lui consacre généreusement un peu de son temps libre pour une remise à niveau essentielle à son épanouissement. Il l’a convaincue de la nécessité de ce rattrapage : Il peut oser. Que risque-t-il? Tout au plus d’être rabroué, mais elle est conditionnée et n’aura pas le courage d’offrir une résistance quand il posera la prochaine banderille. . ...
«1234»