1. Marjolaine


    datte: 10/06/2017, Catégories: Première fois, Auteur: NoirPuissant, Source: Hds

    Sur le podium en ciment délabré et crasseux, la séance collective d'initiation avait débute. Cette élévation en brique pilée d'une dizaine de mètres de longueur avait servi, au fil des époques, de trône royal, de décoration des guerrières de la foret, de lieu d'évaluation des esclaves, et de présentation des médailles aux soldats de couleur après la première guerre mondiale. La chaleur de l'après-midi, mêlée a l'excitation palpable de notre quatuor de blanches mures, avaient fait de nous, pauvres recrues autochtones, des hommes. Nous basculâmes, dans ces minutes précieuses, du jardin d'éden a la virilité. Etrange voyage sans retour, comme celui de nos ancêtres qui bâtirent la Caraïbe... Toujours en compagnie de l'homme blanc, et aujourd'hui, de sa femme. Hommage a toi, Solange, la bonne vivante brune, bien en chair, bourgeoise et gourmande, qui sut m'aborder sur la plage de ton hôtel, la veille a peine. Tu trompais ton mari Parisien avec tes yeux verts, ton style, ta séduction naturelle, et tes auréoles brunes, immenses, et bronzées. Dans Patrick, le rasta que tu avais choisi pour le voyage en moto jusqu'ici, tu avais aime son cote marginal, déjante, pauvre, se foutant de tout. Lui alors, c'était quelque chose. En classe, il arrivait stone et zappait les cours de philo, de math. Pourvoyeur d'herbe verte par paquets entiers, il revenait en classe le lundi matin, fournisseur attitré des profs et même du proviseur, de manière interposée. Zen de chez bamboo, tu étais un ... businessman avant l'heure. Ton sexe n'était pas long, mais excessivement épais et court. Tu rasais Solange, selon son desiderata d'épicurienne du Vesinet; Préparer sa vulve onctueuse, tout en laissant au nord, juste en dessous du nombril, un ticket de métro vertical... Viviane rousse et mince, était la plus jeune, la plus vicieuse aussi, dans sa quarantaine bien entamée. Fonctionnaire, frustrée par le sexe trop malingre de son mari, elle avait joint la troupe, l'invitation au voyage, pour se retrouver elle, sondant la profondeur mystérieuse de son âme. Jean-Charles était le garçon parfait pour cela. Intello, fin, vicieux, et revanchard, son père était ministre. Il était le seul d'entre nous a être déjà allé a Paris, mais il n'avait, jusqu'ici jamais touche une blanche. Dominateur et anticolonialiste, il pouvait être parfois méchant comme le sont les politiciens. Lui c'est surtout la position de sa famille, aisée, dans la société locale, qui lui procurait cette insolence dominatrice. La longueur de son membre terrible, n'en était que la confirmation. Il avait déjà entrepris de tailler a Viviane, une coupe a la MadMax, tout en punk, une jolie crête rouge et alléchante. Patricia était la seule célibataire de la bande. Jamais mariée, née dans les années vingt, et dans ces années 70, la soixantaine bien entamée. Elle avait découvert l'homme noir toute jeune dans sa Normandie natale en 1945, a la libération. Puis plus tard, remis le couvert en outre-mer ou ses parents enseignants étaient en ...
«12»