1. Après tout (Vu sur le net)


    datte: 10/06/2017, Catégories: Anal, Partouze, Tabou, Auteur: Amies67, Source: xHamster

    ... Nous ne vivons qu'une fois... Salut! Je m'appelle Eddy, j'ai 18 ans, et je voudrais vous raconter ce qui m'est arrivé cet été, pendant un séjour en Provence, au mois de juillet. Mes parents s'étant absentés plusieurs semaines aux USA pour affaires, ma tante Valérie s'est proposée de m'offrir des vacances dans leur villa située dans l'arrière pays Varois. C'est une région superbe, il y fait très beau. La villa de Valérie et Niko est totalement isolée: le premier voisin est à 5 km. Elle est construite en &#034U&#034 autour d'une piscine magnifique à débordement, dans laquelle nous nous baignons le plus souvent nus, n'ayant rien à craindre des voisins. Au début, cette nudité me gênait un peu, mais les naturistes savent qu'on s'y fait très vite, et maintenant cela ne me dérange plus du tout de me promener nu dans la maison. Ce qui m'amuse tout de même, c'est que, chez Valérie, cette nudité, naturellement de rigueur dans et autour d'une piscine, se pratique aussi très facilement dans la maison. Cela m'amuse de l'apercevoir vaquer à ses occupations de maîtresse de maison, toute nue, et non gênée... Mais sans aucune pitié pour moi... car elle n'a rien d'une vieille tante. Elle affiche superbement ses trente-deux printemps, et c'est la plus jeune et la plus espiègle sœur de ma mère... Niko, son mari, est un peu plus âgé: Il frise les quarante ans... Il faut avouer que des vacances là-bas sont des vacances de rêve! Au réveil, nous sommes noyés de lumière par un soleil radieux, ... salués par de nombreux chants d'oiseaux. Les matinées sont généralement consacrées à faire des courses et traîner dans les ravissants marchés provençaux. L'après-midi, une bonne petite sieste, puis la piscine, la piscine, la piscine. Le pool housse est très confortable, et nous y passons le plus clair de notre temps. Nus, nous jouissons d'un sentiment de liberté totale, et nous en profitons au maximum. Cet après midi là, je reste seul avec Valérie, Niko ayant été retenu à Toulon. A poil, je suis assis à l'ombre, sous le pool housse, avec un énorme jus de fruit bien frais, et je feuillette une revue de planche à voile. Valérie, seulement vêtue d'une chaînette en or autour de la taille, vient de sortir de l'eau et, sans se sécher, s'allonge sur une grande serviette, à plat ventre, les jambes ouvertes, s'offrant avec un plaisir évident à la douce chaleur des rayons du soleil. Elle arrange son appui-tête, pose ses bras le long de son corps et me demande dans un soupir: Dis, Eddy, quand je serai bien séchée par le soleil, tu pourras me mettre de l'huile dans le dos? Oui, bien sûr! J'avoue que cette idée-là me séduit plutôt. Pouvoir la toucher... Sa peau, uniformément bronzée, encore décorée de gouttelettes, invite à la caresse tellement elle est belle. Son épiderme, très bronzé, à presque l'apparence de la peau de ces femmes noires à la peau si douce... La chaleur du soleil fait rapidement son travail, et Valérie m'invite à venir lui badigeonner le dos. Il me faut me concentrer car ...
«1234...13»