1. La sellette de Tannhäuser


    datte: 10/06/2017, Catégories: f, fh, ff, ffh, fffh, fbi, hplusag, frousses, religion, revede, Voyeur / Exhib / Nudisme, Voyeur / Exhib / Nudisme, noculotte, historique, délire, fantastiqu, Auteur: Catherine, Source: Revebebe

    Note de l’auteur : C’est toujours un peu compliqué d’expliquer pourquoi l’on claque une porte et pourquoi l’on revientDisons simplement que le succès inattendu d’un alter ego m’a donné envie de vous refaire partager mes textes, qui dormaient depuis si longtemps sur mon disque dur. Si vous les avez déjà lues, sachez que les histoires sont restées les mêmes mais que je les ai toutefois remises un peu au goût du jour.Bonne lecture. ---oooOooo--- Cela faisait déjà quelques mois que mon frère m’avait demandé de profiter de mes vacances pour venir le rejoindre au Sénégal, là où il travaillait pour une ONG chargée d’aider les habitants de là-bas qui, comme d’ailleurs la plupart des Africains, se démenaient avec une foule de problèmes pour survivre. Personnellement, en tant qu’ancien de ces organisations, j’avais déjà bourlingué un peu partout sur la planète, essayant régulièrement de sauver un maximum de gens avec bien souvent tout juste ma bite et mon couteau – et parfois même, sans couteau – jusqu’à ce qu’un beau jour, lassé d’essayer de combattre toute la misère du monde sans jamais y parvenir, je décide de raccrocher les gants et de laisser un peu les autres se débrouiller sans moi. Seulement, il avait suffi d’un coup de fil de mon frère, qui était encore « d’active », pour que le naturel revienne au galop. Le petit groupe de villages dont ils s’occupaient était situé à l’extrême est du pays, dans l’une des zones les plus chaudes et désertiques, et donc, comme de bien entendu, ... les plus défavorisées, où lui et l’organisation dont il dépendait avaient fort à faire. La situation était cependant loin d’être désespérée puisque, quelques années plus tôt, son groupe avait réussi à faire creuser un puits et l’eau courante avait subitement changé l’existence des habitants. Ainsi, la famine et la maladie avaient considérablement régressé, les enfants allaient à l’école, bref la vie était presque devenue paisible dans ce village pourtant éloigné de tout. Seul détail manquant, et c’était la raison pour laquelle il m’avait demandé de venir, les médicaments avaient parfois un peu de mal à leur parvenir. Il m’avait chargé d’aller négocier, avec le fabricant et en France, deux palettes de kits médicaux de survie qui, dès qu’ils les auraient reçus, seraient déposés un peu partout dans les bourgades des alentours. Les besoins étaient bien réels ; que ce soit dans les hameaux ou dans les grandes familles, il ne manquait pas d’endroits où un tel équipement permettrait à coup sûr de sauver des existences. Ces kits étaient destinés à pallier les premiers soins et autres événements de la vie qui ne manquent jamais d’arriver, et ce, quel que soit l’endroit où l’on se trouve sur la planète. Du matériel de première urgence, destiné à soigner des maux somme toute bénins mais qui risquent de prendre des proportions catastrophiques pour ceux qui en sont victimes dès lors qu’ils sont loin de tout établissement de soins. À l’intérieur, des désinfectants, des antidiarrhéiques, des ...
«1234...60»