1. à trois on a moins froid (1)


    datte: 11/06/2017, Catégories: Partouze, Auteur: EvangelinaSvann, Source: Xstory

    Lui avait pris place en face de nous, elle s’est adossée contre moi et je l’ai prise dans mes bras. Je commençais à caresser négligemment son épaule quand je remarquais le regard qu’il posait sur nous. Je continuais donc des caresses de plus en plus précises, mes mains courraient le long de sa nuque, de son bras, de sa poitrine, jouant de mes doigts dans l’échancrure de son corsage ou dans l’espace ménagé entre les boutons. Il nous couvait d’un œil très intéressé qui avait pour moi valeur d’encouragement. Ma bouche pris donc le même chemin que mes lèvres et s’attardait dans les endroits sensible du cou. Elle soupirait d’aise pendant que je déboutonnais son corsage dévoilant deux seins moulés dans une délicate dentelle. Toujours en regardant notre spectateur dans les yeux, je déplaçais la toile pour libérer les globes et commençais à les titiller, faisant rouler leur pointe entre mes doigts, tiraillant doucement, caressent le galbe pour lui arracher des soupirs à elle de plaisir, à lui de désir. Je fis glisser son corsage puis je dégrafais son soutien-gorge afin que rien ne gêne mes caresses et je présentais à notre spectateur les tétons de mon amie, l’invitant à se joindre à moi. Nous jouions à quatre mains et deux bouches sur son buste et elle semblait apprécier, si j’en juge par ses gémissements. Tandis qu’il prenait un de ses seins dans sa bouche et l’autre dans sa main, je m’aventurais plus bas le long de sa colonne vertébrale afin de trouver la fermeture de sa jupe ... que je fis jouer. Je glissais mes mains le long de ses hanches pour faire glisser simultanément vêtements et sous-vêtements, Elle vint à mon secours pour l’aider à se dégager des étoffes qui l’entravaient. Pour la première fois je la voyais nue et offerte. Je caressais son ventre et timidement, craignant qu’elle ne m’arrête encore une fois, je fis glisser ma main vers son entrejambe. Je ne sais si c’était l’alcool ou notre nouvel ami qui La désinhibait mais elle se laissa faire et même ouvrit les jambes pour laisser passer plus facilement ma main. Lorsque j’ai atteint le petit bouton et commencé à le faire rouler sous mon doigt, elle laissa échapper un cri et serra les jambes, comme pour retenir ma main que j’avais commencé à retirer. Elle murmura « encore » dans un souffle et me tendis ses lèvres. Ce fut notre premier baiser, d’abord nos lèvres qui se caressent puis une langue qui pointe et effleure la commissure, appelant une réponse de l’autre, la réponse enfin, pudiquement pour commencer puis plus assurée et enfin nos bouches se sont scellées et nos langues se sont mêlées en un baiser profond. Je cherchais à aller toujours plus loin, de ma main et de ma langue, incapable de me retenir et je dus l’effrayer car elle rompit le baiser au moment où elle se mit à palpiter de plaisir sous ma main. Notre catalyseur pris sa bouche à ce moment pour un baiser intense mais bref, puis il me rendit la même politesse. Il me fit alors remarquer que j’avais mis mon amie en position de ...
«1234»