1. Ma première année d'homme de ménage


    datte: 12/06/2017, Catégories: hh, hhh, fhh, fhhh, hbi, hplusag, fplusag, hagé, fagée, couple, inconnu, hépilé, forêt, campagne, parking, Collègues / Travail, toilettes, hsoumis, fdomine, soubrette, humilié(e), BDSM / Fétichisme, hféminisé, Transexuels, facial, Oral, Oral, hdanus, hgode, hsodo, sm, Auteur: Homme de ménage, Source: Revebebe

    Tout d’abord, je tiens à préciser que cette histoire est bien réelle. Aujourd’hui, cela fait dix ans que je suis majordome, homme de ménage en fait, chez des particuliers. À l’époque il fallait que je travaille. Ne trouvant pas d’emploi, j’ai répondu à une annonce recherchant une femme – ou homme – de ménage. Je me suis présenté et le couple m’a embauché après un essai. Puis j’ai trouvé d’autres employeurs, et mon emploi du temps s’est rempli. Je ne pensais pas faire ce métier longtemps, mais cela m’a tout de suite plu. Dix ans après, j’y suis encore. Je suis bien sûr un vrai homme de ménage chez la plupart de mes employeurs, mais il y a un cas un peu particulier, et c’est là que mon histoire commence. Cela faisait trois mois que je travaillais chez mon premier employeur quand j’ai répondu à une autre annonce : Couple recherche Homme de ménage. Cela m’a paru bizarre qu’il soit préciséhomme, et avec un H majuscule, mais me suis présenté. À peine suis-je entré dans la maison qu’ils se sont montrés assez autoritaires, surtout Madame. On a convenu que je commencerai à l’essai la semaine suivante. --------------------------- Dès les premières minutes, Madame me parla assez sèchement, et Monsieur me regarda faire la poussière Cela me convenait bien, moi qui ai toujours été un peu soumis ! Au bout de ma troisième semaine, c’est avec de plus en plus d’autorité de la part de Madame que je "subissais" des mots de plus en plus crus. En partant, Monsieur m’a dit que si la semaine ... suivante je laissais des traces d’eau sur les carreaux de la salle de bain, Madame m’administrerait une fessée. J’ai juste souri, pensant qu’il plaisantait. La semaine suivante, j’ai fait le ménage comme d’habitude et, n’ayant cessé de penser à ce que Monsieur m’avait dit, j’ai volontairement laissé des traces sur les carreaux. Trente minutes plus tard, alors que je passais le balai dans le salon, Madame m’ordonna d’arrêter, de me mettre face à la table et de me pencher en avant, ce que je fis sans même réfléchir. Elle commença immédiatement à me claquer les fesses avec sa main, mais comme mon pantalon était épais, elle demanda à son mari de me baisser le pantalon ; c’était une première pour moi, et je n’osais pas bouger. Quand Madame a vu que j’avais un string, elle s’exclama : — Mais en plus, on a une bonne lope ! et les claques sur mes fesses nues ont repris. Quand mes fesses furent bien rouges, elle s’arrêta et demanda à son mari de me passer de la crème adoucissante sur les fesses. Et là, j’appréciai vraiment ces caresses. J’allais remettre mon pantalon pour continuer à passer le balai mais Madame m’ordonna de finir le ménage en string. Je m’exécutai. Les semaines suivantes, je fis toujours le ménage en string et de temps en temps Madame me donnait une petite fessée si elle estimait que ce n’était pas parfait. Jusqu’au jour où, faisant mon ménage en string, on sonna à la porte. Monsieur alla ouvrir ; un homme en costume entra, me regarda brièvement et alla s’installer au salon ...
«123»